Dans les diasporas africaines, garder ses cheveux crépus, rester ulotriche, c’est revendiquer son africanité. Auteur : Joaquín Rodriguez / EyeEm ©Getty -  Rahima Gambo
Dans les diasporas africaines, garder ses cheveux crépus, rester ulotriche, c’est revendiquer son africanité. Auteur : Joaquín Rodriguez / EyeEm ©Getty - Rahima Gambo
Dans les diasporas africaines, garder ses cheveux crépus, rester ulotriche, c’est revendiquer son africanité. Auteur : Joaquín Rodriguez / EyeEm ©Getty - Rahima Gambo
Publicité
Résumé

Le temps que l’on passe, l’importance que l’on accorde à la coiffure, n’a rien de nouveau et se comprend bien tant nos cheveux sont le reflet d’une certaine condition sociale, un enjeu d’identité sociale fort.

avec :

Pierre Cherruau (Journaliste, spécialiste de l'Afrique.), Thomas Mauceri (Réalisateur.), Aline Tacite (coiffeuse, fondatrice de l’évènement Boucles d’ébène.).

En savoir plus

Nous allons parler ce matin de la coiffure africaine, de la manière dont les personnes d’origine africaine se coiffent, de leur difficulté à accepter le caractère crépu de leurs cheveux. Car, comme le montre le documentaire de Thomas Mauceri (avec qui nous parlerons), l’enjeu qui entoure les coiffures des Africaines et des Africains va bien au-delà de la mode, de la frivolité : il s’agit belle et bien d’une question identitaire.

1h 00

Dans les diasporas africaines, garder ses cheveux crépus, rester ulotriche, c’est revendiquer son africanité.

Publicité
Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Doria Zénine
Réalisation
Antoine Dhulster
Collaboration
Lucile Commeaux
Production déléguée
Pauline Blistène
Collaboration