Publicité
En savoir plus

Ce matin à Istanbul la police donnait l'assaut contre le siège de la télévision Bugün, du groupe de médias Ipek Koza, proche de l'oppposant Fethullah Gülen. Ce matin encore, une autre chaîne du groupe, Kanaltürk, voyait sa diffusion coupée aux alentours de 9h alors que Bugün annonçait en direct l'arrivée de la police dans sa régie. Depuis quelques mois, des sièges de plusieurs grands médias turcs sont saccagés, des journalistes sont muselés ou forcés à la démission, quand ils ne sont pas directement inquiétés par la police. Liberté d'informer, liberté de manifester, droit des minorités: Comment comprendre ce grand bond en arrière en Turquie ?

Le rédacteur en chef de Zaman, Ekrem Dumanli, escorté par la police. "La presse libre ne peut pas être bâillonnée"
Le rédacteur en chef de Zaman, Ekrem Dumanli, escorté par la police. "La presse libre ne peut pas être bâillonnée"
© Reuters - Murad Sezer

**Une émission préparée par Antoine Dhulster & Xavier Martinet **

Publicité

**TURQUIE: RETOUR AUX URNES ENTRE DEUIL ET COLERE **
**lundi: Le pari d'Erdogan "moi ou le chaos" **

mardi: Crise migratoire: nouveau pivot de la démocratie turque

mercredi: Droits & libertés: le grand repli

jeudi: Kurdes: l'horizon lointain de la paix

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Tiphaine de Rocquigny
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Clémence Allezard
Collaboration
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production déléguée