France Culture
France Culture
Publicité
Eric Vinson
Eric Vinson
© Radio France

Dans les spiritualités orientales, la perception du temps est sensiblement distincte de la nôtre en particulier dans le bouddhisme. L’enseignement du Bouddha met même l’accent sur la nécessité de contrôler ses émotions de l’instant présent, pour en dépasser le caractère illusoire, dans le but d’atteindre l’éveil.* Eveil* et instant présent sont donc reliés dans une perception de la temporalité censée débarrasser l’esprit des illusions héritées du passé, et des projections envisagées pour l’avenir.

On peut se demander si cette perception de la temporalité est spécifique de la culture et de la tradition bouddhiste, ou si elle n’est pas à rapprocher de la perception du temps qui, de tout temps et dans toutes cultures, fut celle des mystiques, des hommes et des femmes touchés par la grâce, qui ont bien souvent décrit leur expérience mystique en lien avec l’idée de présent éternel. Mais les mystiques chrétiens, musulmans, hindous, ou bouddhistes, parlent-ils de la même chose lorsqu’ils évoquent ce perpétuel présent ?

Publicité

En Europe en tout cas cette hypothèse fascine et intrigue. Depuis la fin du XIXème siècle, des auteurs tels que René Guénon ou Aldous Huxley ont entrepris de rapprocher l’Orient et l’Occident en s’intéressant aux grands principes de la « sagesse orientale » qu’ils ont tenté de transcrire dans notre culture. Qu’ont-ils dit sur cet « éternel présent » ?

Aujourd’hui, ce sont les mouvements que l’on pourrait qualifier d’ésotériques qui reprennent le flambeau des thuriféraires de la « sagesse orientale », s’adonnant à la méditation et aux pratiques du new age , des mouvements qui nous montrent que le « pur présent » relèverait essentiellement d’une démarche de « libération » de la tyrannie de l’ego, des passions.

A l’opposé de cette perception, certains artistes considèrent au contraire le « présent perpétuel » à l’aune de son potentiel dictatorial. Quoi de plus efficace que la tyrannie de l’instant pour empêcher l’esprit de progresser, la civilisation d’avancer?