Donald Trump reçu par le président Barack Obama à la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis.
Donald Trump reçu par le président Barack Obama à la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis.
Donald Trump reçu par le président Barack Obama à la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis. ©Reuters - Kevin Lamarque
Donald Trump reçu par le président Barack Obama à la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis. ©Reuters - Kevin Lamarque
Donald Trump reçu par le président Barack Obama à la Maison Blanche à Washington, Etats-Unis. ©Reuters - Kevin Lamarque
Publicité
Résumé

Toute cette semaine nous ferons le bilan de l'année 2016. Aujourd'hui, après le Brexit, l'élection de Trump, le retour de la Russie, et la montée des partis d'extrême droite en Europe: se dirige-t-on vers une sortie du modèle libéral promu par les Etats-Unis au sortir de la seconde guerre mondiale?

avec :

Jacques Sapir (Économiste et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)), Bertrand Badie (Politiste, spécialiste des relations internationales, professeur émérite des universités à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)), Anne Applebaum (Journaliste, membre de la rédaction du magazine The Atlantic, lauréate du prix Pulitzer, historienne et auteur de La démocratie en déclin, Grasset).

En savoir plus

Il y a quelques jours, Vladimir Poutine, après cinq années de conflit qui ont fait plus de 300.000 morts et des millions de réfugiés, annonçait l’arrêt des frappes russes sur l’ensemble du territoire syrien et un cessez-le-feu entre le régime et ce qu’il reste de son opposition, des discussions devraient bientôt s’engager du côté d’Astana pour tenter de trouver un accord de transition politique, la capitale Kazakh détrônant ainsi des centres diplomatiques plus “traditionnels” – comme Genève ou New-York.

Cette victoire diplomatique du chef du Kremlin signe le grand retour de la Russie sur la scène diplomatique mais aussi l’impuissance des Nations Unies à réunir les conditions du dialogue et de la Paix.

Publicité

Un peu plus tôt dans l’année, le 23 juin, Nigel Farage, ancien chef du UKIP et militant de longue date pour la sortie de la Grande Bretagne de l’Union Européenne, exultait le soir de la victoire du leave, les Britanniques ayant voté à 51,89 % pour une sortie de l'Union européenne. Un événement qui laisse craindre le scénario d’un délitement progressif de l’Union dont les membres doivent faire face à des « populismes » de tout genre, des partis d’extrême-droite ou d’extrême-gauche prospérant à la faveur de colères populaires, qui fragilisent les formations traditionnelles qui peinent à se renouveler.

Le signe principal de cette nouvelle orientation ne serait-il pas la victoire inattendue de Donald Trump, le candidat républicain, que pratiquement tous les observateurs voyait incapable de l’emporter face à Hillary Clinton. Pourtant, c’est bien lui qui remplacera Barack Obama dans quelques jours à la Maison blanche et qui pourrait alors marquer une nouvelle ère pour les USA, une ère caractérisée par le repli, aussi bien sur le plan économique que sur sa disposition à assurer la sécurité de ses alliés.

Nous reviendrons sur les grandes évolutions en matière de Relations Internationales ces derniers mois. Il nous faudra, évidement, évoquer la crise syrienne, mais aussi les tensions exacerbées entre les USA et la Russie, l’impuissance des Nations Unies, la légitimité de l’OTAN, la crise migratoire, et bien d’autres choses encore.

Sommes-nous à un point de basculement vers un nouvel ordre mondial ? Quelles conséquences sur les grands équilibres mondiaux ? L’hyperpuissance étasunienne va-t-elle être remise en cause ? Que change, en la matière, le grand retour de la Russie sur la scène internationale ?

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Références

L'équipe

Florian Delorme
Production
Charlotte Roux
Réalisation
Tiphaine de Rocquigny
Production déléguée
Samuel Bernard
Collaboration
Clémence Allezard
Collaboration