Gros plan, mâle, béluga
Gros plan, mâle, béluga ©Getty - Eric E. Heupel
Gros plan, mâle, béluga ©Getty - Eric E. Heupel
Gros plan, mâle, béluga ©Getty - Eric E. Heupel
Publicité

Dis-moi comment tu considères les animaux, je te dirai qui tu es.

Avec
  • François Moutou Vétérinaire, membre du comité scientifique du GIRCOR, auteur de Des épidémies, des animaux et des hommes (Le Pommier)
  • Mathilde Imer Co-fondatrice d'association d'étudiants et de jeunes pour le climats comme CliMates (Think Tank international d'étudiants) et le Warn (Mouvement We Are Ready Now, qui rassemble des jeunes prêts à changer le climat)

Émission en partenariat avec le service Planète-Sciences

Planète - Le Monde
Planète - Le Monde
- Le Monde

Depuis ces dernières années, avec les vidéos de l'association L214 en France, la montée du mouvement végan à l'échelle mondiale, la création de partis animalistes..., la disparition d’une partie la biodiversité en raison, notamment, du réchauffement climatique, le sujet a envahi notre quotidien sous différentes formes ! Des animaux domestiques que l'on chérie à ceux que l'on retrouve dans nos assiettes, des espèces que l'on observe dans des parcs, des aquariums et autres lieux de captivité à ceux que l'on déteste parce qu'ils nous font peur ou sont d'apparence peu avantageuse..., notre regard varie et traduit une grande subjectivité de notre part. Mais entre rationnel et irrationnel, notre rapport pluriel aux animaux montre surtout un manque de connaissances. 

Publicité

Avec nous François Moutou, docteur vétérinaire, épidémiologiste à l’ANSES, naturaliste, membre de la société française pour l'étude et la protection des mammifères et membre du Comité d'éthique de l'INSERM, auteur du livre « Et si on pensait aux animaux ? » publié aux éditions du Pommier. 

Ensemble, nous allons questionner nos relations complexes avec les animaux, du chien au moustique, de la morue à l'éléphant et à l'ours blanc... Et porter un autre regard, de façon plus juste peut-être, sur ces espèces avec lesquelles nous partageons la planète. 

Gibbon
Gibbon
- François Moutou
Diable de Tasmanie
Diable de Tasmanie
- François Moutou

Le choix musical de François Moutou

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La phrase mantra de François Moutou

Mais laissez-moi vous dire ceci, mon vieil ami : dans un monde entièrement fait pour l'homme, il se pourrait bien qu'il n'y eût pas non plus place pour l'homme. "La Lettre à l'éléphant", Romain Gary, 1968

Le choix littéraire de François Moutou

  • La Lettre à l'éléphant et le roman Les racines du ciel, de Romain Gary

Le geste écolo de François Moutou

Manger moins de viande

Seconde partie

Nous recevons Mathilde Imer, co-fondatrice d'association d'étudiants et de jeunes pour le climat, et co-coordinatrice de la campagne On est Prêt !, accompagnée de Camille, étudiante en master « géographie environnementale » à l’univ Paris 4, et engagée depuis quelques années dans des collectifs et le mouvement « Youth for climate ».

Avec elles, nous décrypterons les attentes des Français en matière de « transition écologique, sociale et démocratique »,…suite aux dernières manifestations et au sondage BVA réalisé sur ce sujet à la demande d’ONG environnementales.

La Revue de presse

  • La réserve de Scandola, en Corse, serait en grave danger en raison de la surfréquentation touristique… Neuf associations corses de défense de l’environnement ont écrit au ministre de la transition écologique, François de Rugy, pour demander « des mesures d’urgence dès l’été 2019 », dont une « zone d’interdiction » d’accès, pour sauver la réserve classée au patrimoine mondial de l’Unesco. En raison du bruit, des perturbations générées par les touristes et les bateaux, la biodiversité s’effondre et des espèces ne parviennent plus à se reproduire…, quand d’autres désertent les lieux, comme les balbuzards pêcheurs (rapace protégé et menacé en méditerranée). Une pétition baptisée « Sauvons Scandola » et signée par plus de 27 000 personnes au 1er mars, accompagne la lettre au ministre. (À lire sur AFP et lemonde.fr)
  • Aux Philippines, une baleine de Cuvier est morte cette semaine, après s’être échouée à Mabini dans la province méridionale du Val de Compostelle ; le cétacé long de 4m70 était affamé et déshydraté, et ce n’est pas moins de 40 kg de plastiques que l’on a retrouvé dans son estomac. L’archipel est accusé d’être l’un des plus grands pollueurs des mers en raison de l’usage généralisé de produits en plastique jetables. Une pollution responsable de la mort régulière de baleines, tortues, cachalots et autres espèces sauvages. Détail à retrouver sur lemonde.fr, avec AFP.

Le PLUS et le MOINS de la semaine

LE MOINS : Le Kremlin traîne à régler le sort de 11 orques et 87 bélougas.

Capturés dans l’extrême-Orient russe pour être vendus à la Chine, et enfermés dans des enclos près de . Or, cette pêche est interdite depuis 1982, et depuis fin décembre 2018, l’affaire fait grand bruit, mobilisant les écologistes du monde entier et des personnalités comme Léonardo Di Caprio ou encore Pamela Anderson… (l emonde.fr, 18/03/2018 )

LE PLUS : La journée internationale de la forêt 

Une journée qui suscite de nombreuses actions en faveur des arbres et offre des événements, spectacles, concerts, initiatives à vivre et découvrir. Découvrez les événements dans votre région sur le site de la journée internationale des forêts.  

Revue de web sur l'environnement

Pour suivre l’actualité environnementale au fil des jours, consultez l’univers Netvibes d’Anne Gouzon  et de Valérie Ernould de la Documentation de Radio France (Utilisez de préférence Firefox ou Google chrome) Netvibes - L’ACTUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Découvrez aussi des initiatives écolos et solidaires sur son Twitter : Initiavertes

Bibliographie : Vanessa Chang