Denis Meadows ©Maxppp - Axel Heimken/dpa/picture-alliance/MaxPPP
Denis Meadows ©Maxppp - Axel Heimken/dpa/picture-alliance/MaxPPP
Denis Meadows ©Maxppp - Axel Heimken/dpa/picture-alliance/MaxPPP
Publicité
Résumé

Co-auteur du fameux "rapport Meadows", étude de référence commandée par le club de Rome, il est l'un des premiers à alerter sur les conséquences destructrices pour la planète de la croissance sans limite. À sa sortie en 1972, le rapport fait l'effet d'une bombe à l'échelle mondiale.

En savoir plus

Alors que l’année 2022 sera celle du 6e rapport du GIEC, des chercheurs, des citoyens, de différentes générations, tentent toujours d’alerter sur les effets à venir du réchauffement climatique et de réveiller les consciences, à tous les niveaux ! Et le temps presse…

Il y a 50 ans, déjà, le 2 mars 1972, le rapport dit Meadows faisait lui aussi l’effet d’une bombe et suscitait des réactions médiatiques et politiques multiples à travers le monde.

Publicité

Commandé par le Club de Rome à des scientifiques du MIT (Institut de technologie du Massachusetts), aux Etats-Unis, il s’appuyait sur des modélisations informatiques inédites et parvenait à des scénarios, reconnus 50 ans plus tard.

Leur conclusion : la planète ne peut répondre aux besoins exponentiels des humains, et si la croissance économique et la croissance démographique se poursuivent, nous devrons faire face à des conséquences écologiques dramatiques. Depuis, le rapport Meadows est devenu un best-seller international qui questionne les impacts destructeurs des activités humaines sur l’environnement, les limites de la croissance et interroge notre façon d’habiter la terre.

Regard porté par Dennis Meadows sur les grands défis du 21e siècle

Aujourd’hui, Dennis Meadows estime que l'un de ces défis réside dans un dialogue entre la science et le politique :  "Le problème du scientifique est qu'il ne peut jamais être sûr à 100%. En science, rien ne peut être jamais vrai ou toujours faux. C'est un concept qu'un autre scientifique va parfaitement comprendre, mais qui va être plus compliqué à intégrer pour un politicien et là est le plus grand défi : relier la science à la politique".

En évoquant les travaux du GIEC, Dennis Meadows explique : "Les membres du GIEC sont d'excellents scientifiques qui font évidement attention à la science, mais ils sont obligés de se restreindre, ils doivent choisir soigneusement leurs conclusions, être politiquement acceptables pour en tirer les conséquences politiques, alors que ce que nous avions fait à l'époque avec le rapport, c'était à l'opposé. On a commencé par la science et on en a tiré des conséquences politiques".

Par ailleurs, Dennis Meadows s'exprime sur la possibilité de voir plus de scientifiques s'engager en politique : "Moi, je suis en faveur d'avoir des scientifiques plus actifs dans le processus politique"

En échos a l'actualité, il exprime également son inquiétude : "Je crains qu'il y ait plus de dirigeants populistes, et ça m'inquiète parce qu'eux vont résoudre les désaccords par la violence plutôt que par des discussions rationnelles et ce sera un problème très grave pour nous qui devrons faire avec face aux problèmes globaux mondiaux". D'autre part, en parlant des climatosceptiques, il explique : "Le problème, ce n'est pas qu'ils ne croient pas au changement climatique, le problème, c'est qu'ils s'en fichent. Ils s'en fichent parce que le système actuel leur donne du pouvoir politique ou économique et ils ne veulent pas que ça change, ils se disent que le comportement actuel les rend riche et puissant donc pourquoi croire au changement climatique."

Pour Dennis Meadows, l'état des choses doit absolument évoluer : "Il est clair que les choses doivent changer, la situation actuelle nous mène vers une catastrophe totale" et cette évolution doit passer entre autre par la pédagogie et l'apprentissage :  "Il faut faire des changements culturels et ça signifie éducation."

L'Œil du Monde Planète

Bibliographie

Les Liens en Plus

Revue de web sur l'environnement

Pour suivre l’actualité environnementale au fil des jours, consultez l’univers Netvibes d’Anne Gouzon et de Valérie Ernould de la Documentation de Radio France (Utilisez de préférence Firefox ou Google chrome) Netvibes - L’ACTUALITÉ ENVIRONNEMENTALE.

Découvrez aussi des initiatives écolos et solidaires sur son Twitter : Initiavertes.

Émission en partenariat avec le service Planète-Sciences du Monde.

Références

L'équipe

Aurélie Luneau
Aurélie Luneau
Aurélie Luneau
Production
Alexandra Malka
Réalisation
Anahi Morales
Collaboration