Portrait de Charles Péguy
Portrait de Charles Péguy ©AFP - Lee/Leemage
Portrait de Charles Péguy ©AFP - Lee/Leemage
Portrait de Charles Péguy ©AFP - Lee/Leemage
Publicité

Péguy défenseur de l'école

En 1913, Charles Péguy écrit un essai, publié en plusieurs fois, sur L’argent, republié donc aujourd’hui. Le contexte est très important pour lire ces pages parce que Péguy y règle un certain nombre de comptes : et notamment avec la réforme de l’enseignement porté par Gustave Lanson, spécialiste de littérature et collaborateur de Jean Jaurès. Contre cette réforme qui laisse les intérêts économiques pénétrer dans la sphère de l’enseignement, Péguy décrit et défend donc l’école qu’il a connue en dans les années 1880, celle où « les jeunes maîtres étaient donc beaux comme des hussards noirs ». Ce que propose ainsi Péguy ici et sous la forme de ses souvenirs d’école, c’est la confrontation entre deux mondes, dont l’un a disparu pour laisser advenir l’autre. Et il dépasse ainsi largement le contexte de la réforme de l’enseignement pour donner à entendre sa critique du monde moderne où l’école est devenu question d’argent : ce monde, je cite, où l’argent est maître sans limitation ni mesure, où l’argent est seul en face de l’esprit, ce monde aussi créée par la bourgeoisie qui, je cite encore, « a tout infecté et s’est mise à traiter comme une valeur de bourse le travail de l’homme ». On a là les ferments d’une conception contemporaine de la politique qui l’interroge et en pointe les limites avec des arguments moraux. Mais on a aussi deux autres choses frappantes : déjà, la manière dont procède Péguy, ce savant mélange d’autobiographie plongée dans les souvenirs à même de mettre en détresse le présent, et puis, surtout, cette manière de faire le tableau d’une époque pleine, positive, métaphysique, une époque passée et pourtant sous-tendue par le progrès.

Et là est la grande force de Péguy, non pas seulement de dire que c’était mieux avant, mais de faire tenir ensemble le passé et le progrès, et de dissocier enfin le futur de ce qui sera forcément mieux.

Publicité

L'équipe

Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Marianne Chassort
Collaboration