"Le fantôme de la transparence" de Jean-Yves Girard

1984, film de Michael Anderson en 1956
1984, film de Michael Anderson en 1956
1984, film de Michael Anderson en 1956
1984, film de Michael Anderson en 1956
Publicité

La transparence serait-elle le contraire de la clarté?

Dans le roman de George Orwell, 1984, la novlangue est la langue rêvée : celle où l'on saisit les pensées directes, où il n'y a pas d'écart entre les mots et les choses, c'est la langue où il n'y a pas de place entre la parole et la pensée pour de l'implicite, de l'ironie, de la subversion, des sous-entendus. Autrement dit : c'est la langue de la pure transparence.

Cependant, le rêve de la transparence n'est pas cantonné à la science-fiction : c'est par exemple aussi la Bibliothèque de Babel qui regrouperait tous les livres sans qu'aucun ne nous échappe ; le principe du mode d'emploi censé prévoir parfaitement les aléas de l'usage ; ce sont aussi les déductions sans faute du commissaire Maigret ; ou même, la politique où l'on convoite la transparence des actes et des paroles alors même qu'un certain « Président ne devrait pas dire ça »...

Publicité

C'est un très bon exemple d'ailleurs que celui de François Hollande : car avait-on vraiment envie de savoir tout ce qu'il pense, sans filtre ? Et de manière générale, veut-on avoir une réponse à tout ? Veut-on être sûr de tout ? On sait bien que tout savoir est précisément un rêve de la totalité, et donc un rêve totalitaire, mais auquel on n'échappe justement pas.

Dans son essai, Le fantôme de la transparence, Jean-Yves Girard confesse lui-même avoir eu ce rêve de transparence : d'où son goût pour la logique, son envie de s'abstraire de ce qu'il appelle la « foutue réalité ». Mais ce qui est le « transparentisme » a ses limites : et c'est même peut-être en logique qu'il y a d'ailleurs le plus d'irrationnel, parce que précisément la logique ne dit rien : elle n'a pas de sens. Comble donc de la transparence, paradoxe total de son intention : naïve et insipide, la transparence n'en a que les apparences, dépourvu d'un sens qu'elle pourrait exprimer, elle est alors le contraire de la clarté.

L'équipe