Publicité
En savoir plus

Le bac et après ? Quelles stratégies possibles pour la jeunesse française ? Génération sacrifiée ?

Plus de 686 000 candidats répondent depuis lundi à l’injonction de leurs parents : « Passe ton bac d’abord ! »

Publicité

Incontournable et pourtant toujours aussi controversé… En cette fin de semaine, 40 000 lycéens ont même signé une pétition qui fait le tour du Net pour réclamer l’indulgence de leurs examinateurs face à une épreuve de math jugée « trop dure ». Bachotage, programmes nationaux, épreuve standardisée, mauvais instrument de mesure des compétences, obsession de la note, diplôme au rabais, le bac « bashing » est-il justifié ?

Le Bac et après ? Sans diplômes et même avec, les enfants de la démocratisation scolaire "galèrent". En France, un quart d’entre eux sont au chômage. Une fois entrés sur le marché du travail, beaucoup restent précaires, et plus longtemps.

Dans « La Machine à trier », qui vient d’être réédité chez Eyrolles, deux économistes et deux sociologues tirent la sonnette d’alarme, diagnostiquant "une jeunesse coupée en deux", fruit d’un "système social élitiste" où l’école et le marché du travail opèrent une sélection sans pitié, l’un comme l’autre producteur d’inégalités au lieu de tout faire pour les résorber.

Du tableau noir à la vie en noir… Même constat chez deux chercheurs spécialistes de la jeunesse Cécile Van de Velde et Camille Peugny qui voient pointer un sentiment de révolte, "une énergie latente comme en 68". "Il suffirait d’une étincelle pour que"… oui mais contre qui ? Qui est l’ennemi ?

Enfin, dans Le Monde , ce mois-ci, le sociologue Louis Chauvel accuse une France qui « sacrifie » sa jeunesse, plus que n’importe quelle société développée, à la faveur des générations qui la précède. Une accumulation de mauvaises politiques qui viennent s’ajouter à la crise.

Avec :

  • **Maryline Baumard, ** journaliste, responsable du service éducation du Monde. Auteur de La France enfin première de la classe aux éditions Fayard (2013).
  • Nathalie Mons , Professeur de sociologie à l'université de Cergy-Pontoise. Directrice du Conseil national de l’évaluation du système scolaire (Cnesco). Auteur de Les nouvelles politiques éducatives : la France fait-elle les bons choix ? (PUF, 2007)
  • Eric Maurin , professeur d'économie à l'Ecole d'Economie de Paris (EEP) et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales. Auteur de *La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, * éd. du Seuil-La République des idées, 2009.