France Culture
France Culture
Publicité

Une tonalité modérée, en rupture avec les outrances de son prédécesseur, un appel à la dédiabolisation des échanges et à la confiance retrouvée, une volonté affichée de coopérer... Avec son premier discours, mardi devant l'ONU, le Président iranien Hassan Rohani a créé la surprise. Assagissement de façade, trop beau pour être vrai, mettent en garde les sceptiques. Et pourtant, nombreux sont ceux qui ont envie d'y croire. Mais croire à quoi et y croire, pourquoi ?