Le temps qu’il fait, tous vulnérables, et après ?

La Seine, Paris, 2 juin 2016
La Seine, Paris, 2 juin 2016 ©Reuters - Jacky Naegelen
La Seine, Paris, 2 juin 2016 ©Reuters - Jacky Naegelen
La Seine, Paris, 2 juin 2016 ©Reuters - Jacky Naegelen
Publicité

Hommes, villes, pourquoi sommes-nous si vulnérables à la météo et ses débordements ?

Avec
  • Stéphane Audeguy écrivain, enseignant en histoire de l’Art
  • Christophe Galfard Docteur en physique théorique. Il est notamment l'auteur de "L'Univers à portée de main" (coédition France Inter/Flammarion, traduit dans une vingtaine de langues) et de la trilogie pour la jeunesse : "Le Prince des Nuages" (PKJ)
  • Magali Reghezza-Zitt Géographe, spécialiste des risques naturels, de la vulnérabilité urbaine et des stratégies de gestion

Sac et ressac de l’actualité : la colère du ciel, ce soir, après une semaine d’intempéries et des pics de pluie sans équivalent depuis un demi siècle.

Du rouge au orange, avec le Loiret et la Seine-et-Marne en première ligne, une trentaine de départements ont été concernés ces derniers jours par les inondations. Un peu partout, l’après-crue s’organise, tandis que la Normandie toujours sous haute surveillance attend encore la décrue comme à Paris. Des intempéries qui ont fait 4 morts et 24 blessés. Plus de 11 000 foyers seraient à ce jour encore privés d’électricité.

Publicité

Alors certes la Bretagne a été épargnée, et sur les réseaux sociaux, ses habitants n’ont d’ailleurs pas manqué de le faire savoir, mais dans ce contexte, pourquoi nous sentons-nous tous vulnérables ? Comment expliquer, comprendre, ressentir, ce qui se joue depuis le ciel jusque dans nos têtes ?

L'équipe