Soho, décembre 1970
Soho, décembre 1970 ©Getty
Soho, décembre 1970 ©Getty
Soho, décembre 1970 ©Getty
Publicité

Le projet de loi du gouvernement contre les violences sexuelles et sexistes pose à nouveaux frais la question du rôle de l'éducation dans les rapports qu'entretiennent les mineurs avec la sexualité.

Avec
  • Ludivine Demol Chercheuse-doctorante en Sciences de l’information et de la communication à Paris 8, elle travaille sur la consommation pornographique des jeunes.
  • Israël Nisand professeur de gynécologie obstétrique à l'université de Strasbourg
  • Caroline Leduc Psychologue clinicienne, psychanalyste, membre de l'Ecole de la cause freudienne

« Qui ne dit mot consent », dit encore un adage populaire, sur le point d’être définitivement obsolète. Car qui ne dit mot ne consent évidemment rien du tout, mais selon le sujet visé, la loi parvient plus ou moins bien à fixer un cadre. Ainsi de l’imminent Règlement général sur la protection des données, le RGPD, qui instaure un contrat clair entre les entreprises collectant les données, et leurs utilisateurs - les premières devant s’assurer du consentement des seconds dans des termes clairs et sans ambiguïté.

De consentement il est aussi question dans le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles examiné dès demain à l’Assemblée nationale. Un texte « vidé » de sa substance, dénoncent les associations qui auraient aimé voir introduite une « présomption de non-consentement » dans le cas d’une relation sexuelle entre un majeur et un mineur de moins de 15 ans.

Publicité

Mais qu’est-ce que signifie ce mot, « consentement », pour les jeunes d’aujourd’hui ? Est-ce une notion comprise des adultes seuls et érigée au rang de principe dans le sillage du mouvement MeToo ? A l’époque, il y a quelques mois encore, on parlait de l’urgence d’apprendre aux jeunes filles à dire non, et aux jeunes garçons à respecter le sexe opposé. Rien dans le projet de loi sur l’éducation sexuelle des futurs adultes, pourtant soumis, entre autres turbulences, à un matraquage visuel sans précédent… celui de l’industrie pornographique, peu soucieuse de l’égalité hommes-femmes.

L'équipe