Aux Etats-Unis la société civile se mobilise contre la sortie de l'accord de Paris sur le climat voulue par Donald Trump ©AFP - Daniel LEAL-OLIVAS
Aux Etats-Unis la société civile se mobilise contre la sortie de l'accord de Paris sur le climat voulue par Donald Trump ©AFP - Daniel LEAL-OLIVAS
Aux Etats-Unis la société civile se mobilise contre la sortie de l'accord de Paris sur le climat voulue par Donald Trump ©AFP - Daniel LEAL-OLIVAS
Publicité
Résumé

Alors que les experts du climat se réunissent à Bonn pour préparer la COP23, faut-il revoir le format de la lutte globale contre le réchauffement ? Les villes, les ONG, la société civile, doivent-ils et peuvent-ils prendre la place des Etats ?

avec :

Elsa Devienne (Chercheuse à Northumbria University, ancienne maîtresse de conférence en histoire et civilisation américaine à l’université Paris X – Nanterre.), Marie-Vorgan Le Barzic (CEO de Numa World, accélérateur de startups qui a lancé un programme dédié aux villes et la lutte contre le changement climatique), Hervé Kempf (Redacteur en chef de Reporterre.net, essayiste).

En savoir plus

Trente mois après avoir célébré la COP21, la gouvernance environnementale semble en bien mauvaise posture.

L’alarme a été donnée cette semaine par le premier ministre des Fidji, le pays qui doit accueillir la prochaine Conférence des Partis ou COP 23. Alors que les premières réunions préparatoires doivent se tenir la semaine prochaine à Bonn, Frank Bainimarama a solennellement demandé à Donald Trump de ne pas de pas remettre en cause l’accord de Paris.

Publicité

Le président américain doit clarifier sa position d’ici le G7 à la fin du mois mais après avoir pris pas moins de 8 décrets dans les 100 premiers jours de sa présidence pour défaire la politique environnementale de Barack Obama il est permis d’être pessimiste.

S’il y a bien ce que l'on pourrait appeler une « climatisation » des consciences mondiales, si le sujet est discuté partout sur le globe, on peut se demander si cette prise de conscience ne reste pas essentiellement symbolique.

Ce serait sans compter sur des acteurs moins massifs et donc plus agiles que les Etats sur ces questions : les villes. Elles sont aujourd’hui une force de résistance aux Etats-Unis, et au niveau mondial une force d’entrainement qui s’organise en réseau pour porter des objectifs parfois plus ambitieux que ceux de la COP21.

Alors pour lutter contre le réchauffement climatique, faut-il encore faire confiance aux Etats ?

A LIRE : l'article d'Amy Dahan et Jean Foyer, Le changement climatique oublié par les politiques, publié sur le site Reporterre.

Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Collaboration
Philippe Baudouin
Réalisation
Lionel Quantin
Réalisation