Ecole Nationale d'Administration (ENA), Strasbourg, 2013
Ecole Nationale d'Administration (ENA), Strasbourg, 2013 ©AFP - PATRICK HERTZOG
Ecole Nationale d'Administration (ENA), Strasbourg, 2013 ©AFP - PATRICK HERTZOG
Ecole Nationale d'Administration (ENA), Strasbourg, 2013 ©AFP - PATRICK HERTZOG
Publicité

Cette semaine, lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron a confirmé son souhait de supprimer l'ENA, ainsi que les "grands corps". Comment repenser l'avenir de la haute fonction publique et de sa formation, après l'ENA ?

Avec
  • Jean-Michel Eymeri-Douzans Professeur de science politique, directeur du master international Conseil et expertise en action publique (CEAP) de Sciences Po Toulouse
  • Fabien Tastet Président de l'Association de la haute fonction publique territoriale (AATF)
  • François Lagarde Editeur et photographe
  • Adeline Baldacchino Ecrivaine et magistrate

Ne dit-on pas d’un énarque qu’il peut tenir dix minutes sur n’importe quel sujet ? Prenez Frédéric Thiriez : capable d’improviser – facile - sur l’alpinisme, les opérettes d’Offenbach, l’art lyrique ou les droits de retransmission du foot… Le tout avec cet éternel talent d’expression, « à la limite de la comédie » disait de lui Michel Rocard, autre ancien de l’ENA.

C’est donc lui Frédéric Thiriez, patron pendant près de quinze ans de la Ligue 1 de football, qui est chargé par Emmanuel Macron de « repenser la formation et le fonctionnement de la haute fonction publique » selon les termes employés jeudi par le président de la République qui venait de confirmer la suppression de l’Ecole nationale d’administration.

Publicité

Le directeur de l’ENA Patrick Gérard a eu beau voir le coup venir, et défendre son école notamment dans les colonnes des journaux - « Non, les élèves de l’ENA ne sont pas mus par le désir de compliquer la vie de leurs concitoyens » ; oui, ses étudiants sont « soucieux de s’engager pour leur pays, pour l’intérêt général et le bien commun » : rien n’y a fait… 

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Marie Plaçais
Réalisation
Véronique Vila
Réalisation
Marine Beccarelli
Collaboration