Bâle, Suisse, mars 2017
Bâle, Suisse, mars 2017
Bâle, Suisse, mars 2017 ©Maxppp - Patrick Seeger
Bâle, Suisse, mars 2017 ©Maxppp - Patrick Seeger
Bâle, Suisse, mars 2017 ©Maxppp - Patrick Seeger
Publicité
Résumé

Un an après son investiture, retour sur la politique extérieure du 45e président des États-Unis.

avec :

Nicholas Dungan (Directeur de recherche à l'IRIS et senior fellow au sein du Programme des relations transatlantiques de l'Atlantic Council à Washington.), Laurence Nardon (Responsable du programme Amérique du Nord de l’Ifri, productrice du podcast hebdomadaire "New Deal" sur Slate), Marie-Cécile Naves (Politologue, spécialiste des Etats-Unis. Directrice de recherche à l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques) où elle dirige l’Observatoire Genre et Géopolitique.).

En savoir plus

« Happy Birthday Mister President », chantait Marilyn à Kennedy en mai 1962, devant 40 millions de télespectateurs, réunis dans l’enthousiasme général pour fêter un président à la popularité planétaire.

Hier c’est un anniversaire d’un autre genre, d'une autre ambiance, qu’a célébré la Maison blanche au terme d’une première année d’exercice pour Donald Trump. Pas de gâteau géant mais des gobelets Starbucks. Pas de cérémonie mais une réunion de crise. Pas de robe fourreau qui s’ouvre, mais une menace au contraire de « shutdown », fermeture de l’administration fédérale pour cause de désaccord politique.

Publicité

Donald Trump, auteur dans les années 1980 de L’Art du deal, ouvrage vendu à sa sortie à un million d’exemplaires, serait-il moins bon négociateur qu’il s’en vantait alors, en politique intérieure comme en politique étrangère, où on le dit pourtant plus homme d’affaires que diplomate ?

Pour cette première partie d’une séquence spéciale consacrée au premier bilan de Donald Trump, nous tenterons de savoir si une doctrine Trump s’est dessinée pendant ces douze derniers mois. Outre la doctrine que nous appellerons « de la télécommande », qui consiste à apprécier le monde depuis ses écrans de télévision géants et de changer d’avis au gré des images qui défilent… jusqu’à ce qu’un « adulte dans la pièce » vienne lui dire que c’est un peu plus compliqué que ça.

Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Charles Thibout
Collaboration
Thomas Beau
Réalisation
Anne-Laure Chanel
Réalisation