Jean Jaurès à Montevideo en Uruguay (1911)
Jean Jaurès à Montevideo en Uruguay (1911) - Auteur inconnu/Domaine public
Jean Jaurès à Montevideo en Uruguay (1911) - Auteur inconnu/Domaine public
Jean Jaurès à Montevideo en Uruguay (1911) - Auteur inconnu/Domaine public
Publicité

Nul ne peut douter du rôle essentiel de Jean Jaurès dans la loi de 1905 sur la laïcité, car ce faisant, les cultes devenaient libres de s'organiser comme bon leur semblait.

Avec
  • Christian Eyschen Secrétaire général de la Libre Pensée
  • Claude Singer Rédacteur en chef de la revue «L’idée libre»

En soutenant dans l’article 4 de la loi que :  

Dans le délai d’un an à partir de la promulgation de la présente loi, les biens mobiliers et immobiliers des menses, fabriques, conseils presbytéraux, consistoires et autres établissements publics du culte, seront, avec toutes les charges et obligations qui les grèvent et avec leur affectation spéciale, transférés par les représentants légaux de ces établissements aux associations qui, en se conformant aux règles d’organisation générale du culte dont elles se proposent d’assurer l’exercice, se seront légalement formées,

Publicité

Jean Jaurès ouvrait la voie à l’acceptation de la loi. Les cultes étaient libres de s’organiser comme bon leur semblait.

Au contraire de la pensée de liberté de Jaurès, tous ceux qui veulent imposer aux associations une pseudo-charte de la laïcité, entendent contraindre la liberté des associations en leur imposant un cadre préétabli par eux pour leur dire quoi faire et comment faire. C’est ce qui est strictement contraire à la loi de 1901 sur la liberté des associations. Les associations sont libres où elles ne sont pas.

Il faut défendre les lois de 1901 et de 1905 contre les menées liberticides du gouvernement et leurs hommes de main de droite comme de gauche, d’extrême-droite et du centre mou, qui veulent faire un grand ménage dans la République et qui appellent au « limogeage » de tous ceux dont les propos et idées leur déplaisent. 

L'équipe