L ' affaire Benalla fait la "une" de la presse depuis les premières révélations du Monde
L ' affaire Benalla fait la "une" de la presse depuis les premières révélations du Monde
L ' affaire Benalla fait la "une" de la presse depuis les premières révélations du Monde
L ' affaire Benalla fait la "une" de la presse depuis les premières révélations du Monde
Publicité

L'affaire Benalla secoue depuis le 18 juillet dernier les sphères politique et médiatique. Après six jours de silence, c'est aux médias qu'Emmanuel Macron s'en est directement pris, les accusant de faire choux gras d'une affaire qui n'en serait pas une. Mais que reproche-t-on exactement aux médias ?

Avec
  • Adam Nossiter journaliste américain, chef du bureau parisien du New-York Times
  • Gilles Le Gendre Député de la 2e circonscription de Paris, Vice-président et porte-parole du groupe LREM
  • Alexis Lévrier Chercheur spécialiste de l’histoire du journalisme
  • Luc Bronner Directeur de la rédaction Le Monde & lemonde.fr

"Mais qui êtes-vous, les journalistes ? Vous n’exprimez que des intérêts particuliers. Moi, je représente l'intérêt général car j'ai été élu par le peuple! Vous, vous ne représentez que vos lecteurs". Ainsi parlait Napoléon III, cité par le philosophe Philippe Raynaud dans une tribune parue dans Le Monde hier. 

Les termes ont changé mais l’argumentaire n’est pas très éloigné de celui employé par le Président de la République la semaine dernière à propos du traitement de l’affaire Benalla par la presse. 

Publicité

L’affaire Alexandre Benalla, faut-il le rappeler, tire son nom de ce chargé de mission à l’Elysée, désormais licencié, et dont le journal Le Monde a révélé le 18 juillet qu’il était bien l’homme que l’on voit agresser deux manifestants sur une vidéo le 1er Mai à Paris. 

Après six jours de silence, quand il a finalement pris la parole devant ses troupes, le Président Emmanuel Macron s’en est pris directement à la presse. Une presse qui selon lui ne chercherait pas toute la vérité, se prendrait pour la justice et colporterait des erreurs. 

Des accusations sévères de la part de la plus haute autorité de l’Etat à l’encontre d’une profession censée incarner le quatrième pouvoir.

Affaire Benalla : que reproche-t-on aux médias ?

Revue de presse internationale
5 min

Liens

  • « Entre presse et politique, un aller doit être sans retour », interview par Ivanne Trippenbach, L’Opinion, 6 septembre 2017

L'équipe