Les présidents Faure Gnassigbe du Togo, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire ou encore Patrice Talon du Bénin lors de la cérémonie d'ouverture de la 21e session de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le 12 juillet 2019 à Abidjan.
Les présidents Faure Gnassigbe du Togo, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire ou encore Patrice Talon du Bénin lors de la cérémonie d'ouverture de la 21e session de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le 12 juillet 2019 à Abidjan.
 Les présidents Faure Gnassigbe du Togo, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire ou encore Patrice Talon du Bénin lors de la cérémonie d'ouverture de la 21e session de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le 12 juillet 2019 à Abidjan. ©AFP - Issouf Sanogo
Les présidents Faure Gnassigbe du Togo, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire ou encore Patrice Talon du Bénin lors de la cérémonie d'ouverture de la 21e session de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le 12 juillet 2019 à Abidjan. ©AFP - Issouf Sanogo
Les présidents Faure Gnassigbe du Togo, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire ou encore Patrice Talon du Bénin lors de la cérémonie d'ouverture de la 21e session de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, le 12 juillet 2019 à Abidjan. ©AFP - Issouf Sanogo
Publicité
Résumé

L’information n’a pas fait la une, en France, coincée entre les débats animés autour du CETA et du Mercosur. Pourtant, la création, au début du mois, d’une zone de libre-échange en Afrique a de quoi attirer l’attention.

avec :

Estelle Brack (économiste, spécialiste des questions bancaires et financières à l’iReMMO.), Amzat Boukari-Yabara (docteur du Centre d’études africaines de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), spécialiste du panafricanisme), Daniel Bach (directeur de recherche émérite au CNRS en Science Politique et Sociologie comparatives.).

En savoir plus

Et ce d’autant plus que la quasi-totalité des pays du continent vont y participer : 54 sur 55, seule l’Érythrée a refusé de s’engager. L’Afrique du Sud et, in extremis, le Nigéria, les deux principales puissances du continent ont accepté. 54 États – soit près d’1,3 milliard d’habitants, répartis sur tout un continent. Autrement dit, la plus vaste et la plus grande zone de libre-échange au monde.

C’est à Niamey, au Niger, qu’elle est née, il y a 15 jours, le 7 juillet. La ZLECAF – zone de libre-échange continentale africaine. Un projet à la fois économique et politique, porté par la volonté de quelques présidents : le Nigérien Issoufou et le Rwandais Kagamé, essentiellement. Un projet déjà très critiqué : vite fait, mal fait, disent de nombreux observateurs. Il risque aussi d’accentuer les inégalités entre certains pays...

Publicité

D’où cette question : en Afrique, l’union économique fait-elle la force ?

L’accord pose des conditions pour renforcer le commerce intracontinental, en éliminant les droits de douane par exemple. Son objectif est d’harmoniser le commerce à l’échelle continentale en surpassant les problématiques des zones commerciales régionales. Amzat Boukari Yabara

Pour qu’une zone de libre-échange soit viable, il faut qu’il y ait une production locale. Il est aujourd'hui nécessaire d’industrialiser les pays et de produire localement, non pas seulement de faire du commerce. Estelle Brack

Il y a également un débat sur l’avenir de la zone franc. Avant, elle était considérée comme un obstacle à la mise en place d’une monnaie ouest-africaine et d’une zone d’union monétaire. Mais une monnaie commune ne pourra pas être instaurée tant que les États ne seront pas capables de respecter des règles précises et de s’y tenir. C’est souvent compliqué dû aux comportements de certains États. Daniel Bach

8 min
58 min
Références

L'équipe

Antoine Genton
Production
Léa Capuano
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Roxane Poulain
Collaboration
Valentin Berg
Collaboration
Margaux Leridon
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation