Emmanuel Macron s'est prêté une première fois à l'exercice le 3 juillet 2017. Les Insoumis et le PCF, entre autres, avaient déjà refusé d'y participer. ©Maxppp - Olivier Corsan
Emmanuel Macron s'est prêté une première fois à l'exercice le 3 juillet 2017. Les Insoumis et le PCF, entre autres, avaient déjà refusé d'y participer. ©Maxppp - Olivier Corsan
Emmanuel Macron s'est prêté une première fois à l'exercice le 3 juillet 2017. Les Insoumis et le PCF, entre autres, avaient déjà refusé d'y participer. ©Maxppp - Olivier Corsan
Publicité
Résumé

C'était une promesse de campagne. A l'instar du Président américain et son "State of Union speech", Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi 9 juillet devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Il a dressé un bilan de son action. Décryptage du deuxième discours de son mandat.

avec :

Anne-Sophie Lechevallier (journaliste à Paris-Match, co-auteure du "Poids des mots du Président Macron"), Richard Werly (éditorialiste France Europe pour le site d’informations Blick.fr), Stéphane Robert (Chef du service politique de la rédaction de France Culture).

En savoir plus

Emmanuel Macron s’est donc exprimé pour la deuxième fois devant le Parlement réuni en Congrès, comme l’y autorise l’article 18 de la Constitution depuis la réforme de 2008. 

Le président de la République s’est livré à un exercice de bilan et de perspectives. Objectif: rendre compte de son action. Emmanuel Macron a affirmé une nouvelle fois la cohérence des mesures prises depuis un an avec les engagements de la campagne électorale. 

Publicité

« Je n’ai pas oublié » a-t-il entonné dès le début de son discours, dans une anaphore qui était sans doute un discret hommage à son prédécesseur. Ce qui reste dans la mémoire présidentielle, c’est la fracture de la France telle qu’il l’a trouvée, et que son élection n’a pas résolue. Fractures entre peuple et élites, entre riches et pauvres, entre Français et étrangers… Et auxquelles il entend continuer de répondre.

On peut d’ailleurs dire que si ce discours était, au premier degré, un ensemble d’annonces, dans le second degré d’analyse, il se voulait aussi une réponse aux critiques. 

«On me dit "Monarque républicain_", "Président des riches"_, "Déconnecté du pays"… J'annonce un amendement à la réforme constitutionnelle pour pouvoir répondre au Congrès l’année prochaine, je réaffirme une politique sociale et mon attachement à la décentralisation… »  Autant d’éléments dont la réalité n’est pas évidente pour tous, comme l’ont montré par la suite les réponses des différents groupes de l’opposition.

Alors, quelle République s’est dessinée à Versailles ? 

Références

L'équipe

Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Antoine Genton
Production
Céline Leclère
Collaboration
Imen Mellaz
Collaboration
Iseult Sicard
Collaboration
Laïla Saïdi
Production déléguée
Marine Lerouge
Collaboration
Camille Ferey
Collaboration
Copélia Mainardi
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation
Alexandra Longuet
Réalisation