Publicité
En savoir plus

« Sans institutions communales, une nation n’a pas l’esprit de la liberté »

Quand Tocqueville écrit ces mots à mi-parcours du XIXe siècle, les « paroisses » sont déjà devenues « communes » à la faveur de la Révolution française, et le chef de chaque « corps municipal » comme on disait des anciennes structures, porte désormais le nom de maire.

Publicité

Aujourd’hui en 2013, la fonction n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était alors

D’agent de l’Etat au sens strict, le maire est devenu l’exécutif d’une collectivité locale

Et sur le papier, le texte examiné en ce moment à l’Assemblée nationale n’a évidemment pas prévu d’y revenir…

La décentralisation est une pièce en trois actes écrite à six mains

Gaston Deferre a posé l’intrigue, JP Raffarin l’a creusée et Marylise Lebranchu doit conclure… Mais pas question de coup de théâtre, le projet de loi en cours ne peut être qu’un approfondissement de ce transfert de compétences, si tant est qu’il reste des compétences à transférer.

Sauf que les maires ont peur pour cette liberté dont parlait Tocqueville et pour la souveraineté qu’ils avaient jusque-là sur « leur » territoire

Après les intercommunalités, qui les ont dessaisis de certaines prérogatives,

Voilà que menacent les « métropoles », regroupement de communes XXL autour d’une ville-pilote

(Paris, Lyon, Aix-Marseille pour celles qui font le plus parler)

Et pour les plus petites communes ainsi englobées au sein de ces super-structures, les maires ont peur de devenir dépendants, sur les dossiers de leur ville.

Mais d’ailleurs, les édiles peuvent-ils toujours se prétendre souverains sur des limites communales qui n’ont peut-être plus de sens parce que les habitants vivent ici mais qu’ils travaillent ailleurs ?

Y a-t-il un bon échelon pour la prise de décision locale

Et comment le faire coincider avec celui de la représentation, le découpage électoral, pour y associer les citoyens ?

Les communes ont-elles encore un sens ?

C’est la question que nous posons ce soir dans Du grain à moudre.

Eric Giuily et Jacqueline Gourrault
Eric Giuily et Jacqueline Gourrault
© Radio France
Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Anne-Laure Chanel
Réalisation