Geoffroy Roux de Bézieux, nouveau président du MEDEF, a recueilli 55,8% des voix.
Geoffroy Roux de Bézieux, nouveau président du MEDEF, a recueilli 55,8% des voix. ©AFP - Eric Piermont
Geoffroy Roux de Bézieux, nouveau président du MEDEF, a recueilli 55,8% des voix. ©AFP - Eric Piermont
Geoffroy Roux de Bézieux, nouveau président du MEDEF, a recueilli 55,8% des voix. ©AFP - Eric Piermont
Publicité

Mardi 3 juillet, le Medef a élu Geoffroy Roux de Bézieux à sa tête. L'occasion de se pencher sur l'état de santé de l'organisation patronale dont François Michelin disait en 1988, au moment de sa création « Quand on prononce ce nom, on dirait un pneu qui se dégonfle. »

Avec
  • Michel Offerlé Politiste, professeur émérite de science politique à l'ENS, spécialiste de la sociologie historique et de la sociologie politique. Membre de l'équipe Enquêtes Terrains Théories du Centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS)
  • Sarah Belouezzane Journaliste emploi-social au Monde
  • Thibault Lanxade Président du pôle Entreupreneuriat & Croissance du MEDEF

C’est donc Geoffroy Roux de Bézieux qui est devenu le nouveau visage du patronat français. Il a remporté les élections aujourd’hui face à Alexandre Saubot.
 

Concordance des temps
59 min

Créateur de plusieurs entreprises dans les télécoms dont les magasins The Phone House en 1996 ou Virgin Mobil France en 2006, il incarne donc la Nouvelle économie. Soutenu par les patrons de la French Tech, il est l’un des leurs pour avoir créé en 2008 avec Pierre Kosciusko-Morizet, le fond d’investissement des entrepreneurs Internet ISAI. Il a aussi été membre de la commission Attali, qui a été le marchepied de la carrière politique d’Emmanuel Macron.

Publicité

Candidat malheureux en 2013 à la présidence du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux y a occupé la fonction de vice-président chargé de l’économie. Il en connait les rouages, et c’est tant mieux car les chantiers sont nombreux. La présidence de Pierre Gattaz qui s’achève laisse un syndicat « de combat » à l’image intransigeante, mais paradoxalement en perte d’influence, à l’instar de ses homologues côté salariés. 

De là à changer complètement de nature et à devenir plus un lobby, voir un think tank comme on a pu l’entendre, la question est ouverte.

Alors à quoi sert encore le Medef ? 

Pour aller plus loin : Geoffroy Roux de Bézieux, le marathonien du Medef, par Sarah Belouezzane et Raphaëlle Besse Desmoulières, à lire sur lemonde.fr

L'équipe