Carola Rackete, Greta Thunberg, Megan Rapinoe et Alexandria Ocasio Cortez : quatre femmes régulièrement qualifiées d’héroïnes. ©AFP - Andreas Solaro / Lionel Bonaventure / Franck Fife / Spencer Platt
Carola Rackete, Greta Thunberg, Megan Rapinoe et Alexandria Ocasio Cortez : quatre femmes régulièrement qualifiées d’héroïnes. ©AFP - Andreas Solaro / Lionel Bonaventure / Franck Fife / Spencer Platt
Carola Rackete, Greta Thunberg, Megan Rapinoe et Alexandria Ocasio Cortez : quatre femmes régulièrement qualifiées d’héroïnes. ©AFP - Andreas Solaro / Lionel Bonaventure / Franck Fife / Spencer Platt
Publicité
Résumé

Une femme – Carola Rackete – qui, avec son bateau et son équipage, force un barrage de douaniers, au nom d’idéaux humanistes et d’une réalité humanitaire.

avec :

Gianni Haver (professeur de sociologie de l’image et d’histoire des médias à l’université de Lausanne.), Hélène Breda (maîtresse de conférences en sciences de l'information et de la communication à l’Université Paris 13.), Fabienne Brugère (Philosophe, professeure de philosophie de l’art, philosophie morale et politique à l’université Paris VIII).

En savoir plus

Une autre – Greta Thunberg – qui donne l’alerte sur l’urgence à agir face au réchauffement climatique, tout cela au milieu des attaques voire des insultes.

Une troisième – Megan Rapinoe – qui gagne la Coupe du monde de football, avec les Etats-Unis, et qui profite de la tribune ainsi offerte pour prendre la défense, entre autres, des personnes LGBT.

Publicité

Et une dernière – Alexandria Ocasio Cortez – représentante démocrate devenue personnage de bande dessinée, super-héroïne.

Quatre femmes récemment applaudies, glorifiées, portées au pinacle pour ce qu’elles ont accompli – des actes par ailleurs largement médiatisés... Quatre femmes, partant, que certains n’hésitent pas à qualifier d’héroïnes.

Cela dit, elles sont aussi la cible de critiques, parfois violentes. Elles sont qualifiées tour à tour d’irresponsables, de criminelles. On dit aussi d’elles qu’elles sont dangereuses. Loin, bien loin donc de la figure héroïque, figure sur laquelle nous allons nous interroger. Comprendre comment elle se construit, comment elle évolue, et pourquoi elle suscite autant d’hostilité, voire de haine.

Bref, les femmes peuvent-elles être des héros ?

On n'est pas forcément dans une lutte contre les grands méchants, mais dans une lutte contre des systèmes qui sont des systèmes de domination. Hélène Breda

Les réseaux sociaux ont permis depuis plusieurs années d'apporter des voix dissonantes par rapport aux médias traditionnels hégémoniques. C'est pour ça que ces médias vont mettre en lumière des personnalités, ce qui ne veut pas dire qu'elles n'existaient pas pour autant. Hélène Breda

Ce n'est peut être pas un hasard si l'espace médiatique leur accorde cette importance aujourd'hui. Pour autant ce ne sont pas les premières dans l'histoire à avoir une action militante ou politique. Fabienne Brugère

L'une des grandes figures de l'héroïsme est liée à la guerre. Or, dans les quatre figures actuelles; il y a une forme de guerre : contre Salvini et ceux opposés aux valeurs d'hospitalité, la guerre contre le sexisme (...) Il y a des amis et des ennemis. Fabienne Brugère 

On ne peut pas réfléchir au mot "héroïne" sans réfléchir au cadre de récit et au cadre fictionnel. Lorsqu'il s'agit d'acte exceptionnel, le récit est le référent. Gianni Haver

La grosse transformation réside en ce que les nouvelles héroïnes sont devenues les maîtres de leurs quêtes : elles n'agissent plus à l'ombre de quelqu'un d'autre mais pour des idéaux, pour une vision qui est la leur. Gianni Haver

59 min
Références

L'équipe

Antoine Genton
Production
Léa Capuano
Collaboration
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée
Roxane Poulain
Collaboration
Valentin Berg
Collaboration
Margaux Leridon
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation