Publicité
En savoir plus

Hier l’Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques, l’Insee, révélait une nouvelle série d’indicateurs. Moral des chefs d’entreprises: stable; embauches: stables; croissance: stable… Les chiffres se succèdent et se ressemblent… et la conjoncture est morose. Les statistiques qu’on retrouve régulièrement à la Une de nos journaux dessinent une France qui stagne, immobile, en panne. Les synonymes ne manquent pas, on les a tous eu ces trois dernières années.

Le moindre frémissement est commenté, récupéré par des politiques qui ne racontent plus d’autre histoire que celle des chiffres. Pourtant la réalité économique et sociale ne se résume pas à l’arithmétique. C’est là un débat permanent : les statistiques sont-elles des données objectives au service de la décision politique? Ou bien des outils qu’on manipule pour servir une idéologie ?

Publicité

Sans doute un peu des deux. Il faut peut être commencer par revenir aux origines mêmes du mot « statistique » forgé au 18e siècle à partir du terme italien statista, l’homme d’Etat. C’est donc bien, dès le départ, un outil au service du gouvernement. Ce qui a évolué, c’est que les statistiques sont devenues une fin autant qu’un moyen. La culture de l’évaluation, appliquée à l’action publique, a fait son chemin.

Alors est-ce que les statistiques font aujourd'hui la politique ? C’est la question ce soir du Grain à Moudre d’été.

DGAM24.07
DGAM24.07
© Radio France

Suivez-nous aussi sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter")

Références

L'équipe

Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Cédric Fuentes
Collaboration
Iseult Sicard
Collaboration
Juliette Montilly
Collaboration
Philippine Le Bret
Collaboration
Daphné Abgrall
Collaboration
Pierre Testard
Collaboration
Camille Ferey
Collaboration
Romain Masson
Réalisation
Anne-Laure Chanel
Réalisation