Conditions de travail, méfiance et violences policières: l'institution se fissure.
Conditions de travail, méfiance et violences policières: l'institution se fissure.  ©AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Conditions de travail, méfiance et violences policières: l'institution se fissure. ©AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Conditions de travail, méfiance et violences policières: l'institution se fissure. ©AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Publicité

Le mardi 3 juillet a été dévoilé un rapport du Sénat révélant l'ampleur du malaise policier. Le même jour, Aboubakar F. meurt à Nantes des suites d'un tir d'un CRS. Comment peut on penser ensemble la crise de la profession et le phénomène grandissant des violences policières?

Avec
  • Christian Mouhanna Sociologue et directeur du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)
  • Vanessa Codaccioni maîtresse de conférences au département de science politique de l'université Paris VIII et membre du laboratoire CRESPPA-CSU.
  • Hélène L'Heuillet Psychanalyste, philosophe, maîtresse de conférences en philosophie politique et éthique à Sorbonne-Université

Si on tape « violence » et « police » sur un moteur de recherche bien connu, on est frappé de voir apparaitre, à parts égales, des articles sur les violences subies et celles commises par la police. Dans une dialectique un peu macabre, les bavures voisinent les suicides de policiers, les violences sur agents côtoient les tabassages de manifestants. Et l'on comprend vite que les uns répondent aux autres, qu’il y aurait comme un rapport de causalité qui s’est instauré entre les deux.

L’actualité récente est venue renforcer ce sentiment. Le 26 juin, l’Inspection Générale de la Police Nationale rendait publique une série de chiffres, et s’alarmait du recours aux armes à feu qui a explosé de 54% entre 2016 et 2017. Le 3 juillet, Aboubakar Fofana, 22 ans, était abattu à Nantes par un CRS qui a d’abord plaidé la légitime défense avant de revenir sur ses déclarations. Le même jour, les sénateurs François Grosdidier (LR) et Michel Boutant (PS) rendaient un rapport inquiet sur l’état des forces de l’ordre : ils parlent de crise, de malaise général, de perte de sens… Sur fond de montée de la violence et de sentiment de déclassement. 

Publicité

La situation aurait donc dérapé depuis 2015 et les attentats qui ont considérablement élevé le niveau de violence… Et rendu le pouvoir politique encore plus dépendant des forces de l’ordre. Alors Police : une illégitime défense ?

L'équipe

Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Raphaël Bourgois
Production
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production
Antoine Genton
Production
Céline Leclère
Collaboration
Imen Mellaz
Collaboration
Iseult Sicard
Collaboration
Laïla Saïdi
Production déléguée
Marine Lerouge
Collaboration
Camille Ferey
Collaboration
Copélia Mainardi
Collaboration
Anne Depelchin
Réalisation
Alexandra Longuet
Réalisation