France Culture
France Culture
Publicité

« Nous sommes 90 millions d’Egyptiens et il n’y a que trois millions de Frères musulmans. Il nous faut six mois pour les emprisonner ou les liquider tous. Ce n’est pas un problème»

Ces propos sont ceux du général de police Amr, rencontré par l’envoyé spécial du Monde et retranscrits ce mardi dans les colonnes du journal

Publicité

Les prisons égyptiennes ont-elles vraiment la capacité d’accueillir trois millions de Frères musulmans ? demande la journaliste

« Je voulais dire », lui répond-il, « qu’il faut tuer ou arrêter : leurs leaders / 30 hauts responsables / et 500 subalternes. Alors, les autres rentreront chez eux ».

Le général Amr pensait-il parler au nom des forces de l’ordre égyptiennes ?

En tout cas, ses propos ont de quoi alimenter les inquiétudes de ceux qui craignent une guerre civile en Egypte

Entre un gouvernement qui dit combattre des « terroristes » en parlant des Frères musulmans

Des Frères musulmans qui refusent tout dialogue en l’absence de Mohammed Morsi, renversé début juillet

Et la société qui ne veut pas forcément avoir à choisir entre les uns ou les autres.

L’Egypte a-t-elle jamais été aussi divisée depuis la chute d’Hosni Moubarak en 2011 et même au-delà ?

Loin d’engager à la retenue, les évacuations sanglantes des différents sit-in, ont attisé les discours de haine

Et si dans les rues du Caire, « le calme est revenu » selon la formule consacrée, la rancœur se déverse sur les chaînes de télévision, qu’elles soient publiques ou privées.

Que faut-il attendre de l’armée, qui a promis de rendre le pouvoir aux civils ?

L’Ancien régime a-t-il repris des forces à la faveur de tant de confusion ?

Quelle place pour les Frères musulmans s’ils ne sont plus au pouvoir

Enfin qui soutient contre eux le régime militaire, sont-ce les mêmes qui manifestaient hier contre Hosni Moubarak ?

Que veulent les Egyptiens ? C’est la question que nous posons ce soir dans Du grain à moudre

Bagat Elnadi, Adel Rifaat, Hussein El Ganainy et Sophie Pommier
Bagat Elnadi, Adel Rifaat, Hussein El Ganainy et Sophie Pommier
© Radio France