Des manifestations ont eu lieu en Pologne pour soutenir le refus de la Présidente de la Cour Suprême de quitter ses fonctions.
Des manifestations ont eu lieu en Pologne pour soutenir le refus de la Présidente de la Cour Suprême de quitter ses fonctions. ©AFP - Janek Skarzynski
Des manifestations ont eu lieu en Pologne pour soutenir le refus de la Présidente de la Cour Suprême de quitter ses fonctions. ©AFP - Janek Skarzynski
Des manifestations ont eu lieu en Pologne pour soutenir le refus de la Présidente de la Cour Suprême de quitter ses fonctions. ©AFP - Janek Skarzynski
Publicité

Démocratie illibérale ? L’expression peut sembler paradoxale tant en Europe, la démocratie semble depuis son origine aller de pair avec le libéralisme constitutionnel.

Avec
  • Pierre-Henri Tavoillot maître de conférences à Sorbonne Université, président du Collège de philosophie
  • Myriam Benlolo Carabot professeure de droit à l'université de Nanterre, spécialiste de droit européen
  • Jacques Rupnik Historien, politologue, directeur de recherche émérite au CERI/Sciences Po

Séparation des pouvoirs, indépendance de la justice défense de la liberté d’expression : ces valeurs héritées du libéralisme politique qui visent à contrôler le pouvoir et à assurer l’égalité devant la loi sont indispensables à la démocratie. Ou plutôt étaient. Car depuis quelque temps, l’expression « démocratie illibérale » a surgi dans le débat public européen. Le dirigeant hongrois Viktor Orban est le premier à revendiquer l’expression qu’il porte comme un étendard de la contre révolution en Europe pour reprendre les termes de son appel de septembre 2016 au forum de Krynica en Pologne. 

Les dirigeants du PiS, Jaroslaw Kaczynski en tête lui ont déjà emboité le pas. Dernière manifestation de cette contre révolution, la réforme très controversée de la justice, qui est entrée en vigueur aujourd’hui et contre laquelle la Cour suprême polonaise fait de la résistance. 

Publicité

L’Union européenne semble démunie et même embarrassée face à cette mise en cause évidente de ses valeurs. Petit à petit, deux légitimités  démocratiques s’opposent et la légitimation par les urnes prend le dessus sur la légitimation par le droit. 

Il est donc nécessaire de revenir aux sources et de se demander : la démocratie peut-être vraiment être illibérale ?

La Grande table (2ème partie)
33 min

Pour aller plus loin

L'équipe