La Chine est le premier investisseur étranger en Afrique, loin devant la France et l'Inde.
La Chine est le premier investisseur étranger en Afrique, loin devant la France et l'Inde.
La Chine est le premier investisseur étranger en Afrique, loin devant la France et l'Inde. ©AFP - Alexander Joe
La Chine est le premier investisseur étranger en Afrique, loin devant la France et l'Inde. ©AFP - Alexander Joe
La Chine est le premier investisseur étranger en Afrique, loin devant la France et l'Inde. ©AFP - Alexander Joe
Publicité
Résumé

Le 24 août 1958, Charles de Gaulle engage à Brazzaville la décolonisation de l'Afrique noire. Il donne le choix entre "la Communauté avec la France ou l'indépendance dans la sécession". Seule la Guinée choisira l'indépendance. Soixante ans plus tard, vers où regarde l'Afrique francophone ?

avec :

Ousmane Ndiaye (rédacteur en chef Afrique de TV5 Monde), Xavier Aurégan (enseignant, chercheur à la Fondation maison des sciences de l'homme, spécialiste des relations sino-africaines), Catherine Coquery-Vidrovitch (Professeur émérite d'Histoire contemporaine à l'Université de Paris, autrice de plusieurs ouvrages sur la colonisation).

En savoir plus

C’était il y a soixante ans, jour pour jour. Le Général de Gaulle lançait le processus de décolonisation en Afrique subsaharienne dans un discours célèbre, prononcé - tout un symbole - à Brazzaville.

Cette indépendance, un seul pays l’a prise dans les jours qui ont suivi : la Guinée. Les treize autres ont attendu près de deux ans avant de franchir le pas, deux ans passés dans la Communauté proposée par le général.

Publicité

Ces quatorze pays ont alors pris des chemins différents, plus ou moins contraints. Certains sont restés proches de la France, à des degrés divers. D’autres se sont tournés vers l’Union soviétique ou vers des puissances émergentes, puissances aujourd’hui affirmées, comme la  Chine, symbole d’un monde devenu réellement multipolaire. 

Une mutation des relations internationales, politiques et économiques, une mutation à laquelle l’ancienne Afrique française a participé et qui a rebattu les cartes dans cette large partie du continent. D’où cette question : aujourd’hui, vers où l’Afrique francophone regarde-t-elle ?

En savoir plus : France-Afrique: une relation en réinvention? / L'insoumission fait-elle recette ?

En savoir plus : Russie, Turquie, Chine : multiplier les alliés

Références

L'équipe

Antoine Genton
Production
Imen Mellaz
Collaboration
Iseult Sicard
Collaboration
Laïla Saïdi
Production déléguée
Marine Lerouge
Collaboration
Copélia Mainardi
Collaboration
Alexandra Longuet
Réalisation