Deux employés d'Iran Air se prennent en photo devant le premier A321 reçu par Téhéran le 12 janvier 2017. En décembre 2016, Iran Air et Airbus ont signé un contrat de 18 milliards d'euros pour une commande de 100 appareils ©Maxppp - ABEDIN TAHERKENAREH
Deux employés d'Iran Air se prennent en photo devant le premier A321 reçu par Téhéran le 12 janvier 2017. En décembre 2016, Iran Air et Airbus ont signé un contrat de 18 milliards d'euros pour une commande de 100 appareils ©Maxppp - ABEDIN TAHERKENAREH
Deux employés d'Iran Air se prennent en photo devant le premier A321 reçu par Téhéran le 12 janvier 2017. En décembre 2016, Iran Air et Airbus ont signé un contrat de 18 milliards d'euros pour une commande de 100 appareils ©Maxppp - ABEDIN TAHERKENAREH
Publicité
Résumé

Un an après l'entrée en vigueur de l'accord et à 5 mois de l'élection présidentielle iranienne, quels impacts a eu la levée des sanctions sur l'Iran et ses partenaires?

avec :

Fatiha Dazi-Héni (Chercheuse en sciences politiques à l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (IRSEM), spécialistes des questions de sécurité dans le Golfe), Thierry Coville (chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran), Bernard Hourcade (directeur de recherche émérite au CNRS et au centre de recherche monde iranien et indien, membre du comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal.).

En savoir plus

Il y a un an, le 16 janvier 2016, l’accord sur le programme nucléaire iranien entrait en vigueur, 6 mois après avoir été signé. Le texte visait à garantir la nature strictement pacifique de ce programme, en échange d’une levée des sanctions internationales. Cet accord, qualifié d'historique, concluait de manière spectaculaire une longue période de négociations entre l’Iran d’une part, et le groupe des "5+1" d’autre part ( Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et l’Allemagne).

Les mêmes se réunissaient avant-hier à Vienne en Autriche, pour faire un point sur la mise en œuvre de cet accord. Bilan positif du point de vue de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de superviser son application. Tout semble donc aller pour le mieux.

Publicité

Mais tout ne va pas si bien. En décembre, les Etats-Unis ont prolongé une partie des sanctions contre l’Iran, celles liées au non-respect des droits de l’Homme et au soutien au terrorisme, et non en rapport avec l’accord sur le nucléaire. D'ici quelques jours, la passation de pouvoir à la Maison Blanche pourrait encore envenimer les relations entre Washington et Téhéran, Donald Trump ayant promis de déchirer l’accord de juillet 2015 une fois arrivé au pouvoir.

Quant aux promesses de boom économique qui devait suivre la levée des sanctions, elles sont loin d’avoir toutes été tenues.‘’A qui a profité l’accord sur le nucléaire iranien ?’’

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration