Le président du Sénat, Gérard Larcher, et le président de la République, Emmanuel Macron, en novembre 2017
Le président du Sénat, Gérard Larcher, et le président de la République, Emmanuel Macron, en novembre 2017 ©AFP - Ludovic Marin / AFP
Le président du Sénat, Gérard Larcher, et le président de la République, Emmanuel Macron, en novembre 2017 ©AFP - Ludovic Marin / AFP
Le président du Sénat, Gérard Larcher, et le président de la République, Emmanuel Macron, en novembre 2017 ©AFP - Ludovic Marin / AFP
Publicité

Qu'apporteront - si elles sont adoptées - les réformes institutionnelles voulues par Emmanuel Macron ? Peuvent-elles rééquilibrer les rapports entre l'exécutif et le Parlement ? Les élus de l'Assemblée et du Sénat ont-ils intérêt à ces changements ?

Avec
  • Philippe Manière Président et co-fondateur de la société de conseil Vae Solis Communications
  • Brice Couturier Journaliste, producteur jusqu'en juin 2021 de la chronique "Le Tour du monde des idées" sur France Culture
  • Marie-Anne Cohendet Constitutionnaliste, professeure de droit public à Paris I - Panthéon-Sorbonne, spécialiste des institutions de la Vème république

Jean-Luc Mélenchon n’est plus seul à pouvoir prétendre au titre de premier opposant à Emmanuel Macron : la place est convoitée par Gérard Larcher. Le président du Sénat ne veut pas d’une partie des réformes institutionnelles envisagées par le chef de l’Etat.

Il l’a fait savoir cette semaine au moment de rendre sa contribution sur le sujet. Parmi les points d’achoppement, il y a d’abord l’ampleur de la réduction du nombre de parlementaires. Il y a surtout le non cumul des mandats dans le temps. Pour Gérard Larcher, interdire à des élus de se représenter, au nom de cette règle, reviendrait à priver les électeurs d’un de leurs droits fondamentaux.

Publicité

Comme toute réforme institutionnelle, celle-ci pose la question de l’équilibre des pouvoirs, entre l’exécutif et le législatif, entre le national et le local. Depuis 1958, la Constitution a subi de nombreuses modifications, sans jamais – semble-t-il - donner pleinement satisfaction.

La revalorisation du Parlement, au cœur de ces réformes, se heurte à une lente et ininterrompue présidentialisation du régime.

"A qui profitent les réformes institutionnelles ?"

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration