France Culture
France Culture
Publicité
Résumé

Plus de transparence. Plus de démocratie. Voilà à quoi devaient contribuer les dernières élections européennes, en particulier dans la perspective de la désignation des dirigeants des institutions communautaires.

avec :

Fabien Cazenave (Porte-parole de l'UEF-France (Union des Fédéralistes européens), anime le blog Fabien l'Européen), Marcel Sel (écrivain et blogueur belge), Clémentine Forissier (rédactrice en chef de Contexte, le journal des politiques françaises et européennes), Coralie Delaume (Essayiste, collabore à Marianne).

En savoir plus

Il s’agissait de sortir de l’entre-soi des sommets européens pour ouvrir le processus au verdict populaire. A cet effet, les principales formations politiques avaient désigné leur candidat pour succéder à José Manuel Barroso à la tête de la Commission, étant entendu que celle qui arriverait en tête au soir du 25 mai verrait son champion directement qualifié pour Bruxelles.

Un mois plus tard, où en est-on ? Le Conseil européen de cette fin de semaine doit notamment servir à désigner le nouveau président de la Commission. Si l’on s’en tient à la logique arithmétique, ce sera Jean-Claude Juncker puisque sa formation, le Parti populaire européen, est arrivé en tête aux élections (sans pour autant atteindre la majorité absolue)

Publicité
Clémentine Forissier, Coralie Delaume et Fabien Cazenave
Clémentine Forissier, Coralie Delaume et Fabien Cazenave
© Radio France - JCF

Juncker président : c’est plus que probable, mais après une bataille de chiffonniers qui témoigne de la difficulté à s’affranchir des vieilles habitudes. Au Royaume-Uni, David Cameron, pourtant du même camp politique, s’oppose à cette candidature, au nom du respect de toutes celles et ceux qui n’ont pas voté. Les socio-démocrates, eux, s’en accommodent, mais assortissent leur soutien à l’obtention d’autres postes, notamment celui de président du Conseil européen (Herman Van Rompuy achève bientôt son second mandat). Certes, en dernière instance, c’est le Parlement européen qui donnera son aval mais celui-ci ressort encore plus fragmenté du dernier scrutin, ce qui n’est pas pour contribuer à renforcer son rôle de contre-pouvoir. Bref, tout ça n’est pas très…clair.

« A quoi ont servi les élections européennes ? ». C’est notre sujet du jour.

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration