France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Stéphane Rozès politologue, enseignant à Sciences Po et HEC, président de Cap (Conseils, analyses et perspectives)
  • Barbara Cassin philosophe, philologue, directrice de recherche au CNRS et Académicienne
  • Axel Kahn Médecin-chercheur en génétique, président de la Ligue Nationale contre le Cancer

Ils en avaient du courage et de la prestance, les héros vaincus de nos vieux livres d’Histoire, ces manuels hérités de la IIIe République, dont l’Education nationale a mis tant de temps à se débarrasser.

On y voyait Vercingétorix à Alésia, droit comme un I sur son cheval, jetant son bouclier à terre devant un Jules César, victorieux, certes, mais…piteux. On y voyait les soldats de 1870, préférant mourir au combat plutôt que de se rendre. Et Bertrand du Guesclin. Et Bayard, chevalier sans peur et sans reproche. Tous mis en scène dans des postures avantageuses, pour incruster durablement la mémoire collective, et participer à l’écriture de ce qui ne s’appelait pas encore le « roman national ».

Publicité

Et Jeanne d’Arc, bien sûr. Jeanne « qui n’appartient à aucun parti, à aucune faction, à aucun clan. Jeanne, c’est la France dans ce que la France a de plus singulier et de plus universel ».

Nous sommes sortis de nos vieux livres d’Histoire pour écouter un extrait du discours tenu début janvier par Nicolas Sarkozy, pour le 600e anniversaire de la naissance de la Pucelle à Domrémy. Le chef de l’Etat qui laissera comme marque, à son quinquennat, un usage gourmand des grandes figures de l’Histoire de France.

Le recours au roman national est-il un passage obligé pour quinconque ambitionne d’occuper la plus haute fonction de l’Etat ? Et dans quel but ? : pour rassembler, ou au contraire pour diviser ?

A quoi sert le roman national ?

Stéphane Rozès,  Barbara Cassin et Axel Kahn
Stéphane Rozès, Barbara Cassin et Axel Kahn
© Radio France - J-C Francis

Et le contrepoint de Julie Gacon . Aujourd'hui Emmanuel Laurentin , producteur de La Fabrique de l'histoire sur France Culture, au sujet d'une série intitulée "Que doivent-ils à l'Histoire ? " qui sera diffusée à partir du 5 mars prochain.

Le Club des Observateurs de France Culture : Nicolas Baverez, Rony Brauman, Barbara Cassin, Christophe Guilluy, Jacqueline Hénard, Axel Kahn, Philippe Manière, Thomas Piketty, Dominique Reynié, Stéphane Rozès et Patrick Weil.

Suivez-nous sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du br /
Grain à moudre sur br /
Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur br /
Facebook")

[

ina.fr
ina.fr
© Radio France

](http://www.ina.fr/) Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

L'équipe