France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Le lieu est on ne peut plus symbolique : c’est à quelques kilomètres de la centrale de Fukushima que la campagne officielle pour les législatives japonaises du 16 décembre a démarré ce matin. Le premier ministre sortant, Yoshihiko Noda, et celui qui pourrait bien lui succéder à l’issue du scrutin, Shinzo Abe, avaient tous les deux choisi de prononcer ici leurs premiers mots de candidats, histoire sans doute de fédérer un électorat confronté une fois de plus à de sombres perspectives économiques : la 3e économie mondiale menace de replonger dans la récession. Les exportations, tout comme la consommation des ménages, sont en baisse. Pourtant, le Japon aurait réussi, malgré la crise, à préserver une forte harmonie sociale : le « pays de la récession heureuse » pour reprendre le titre d’un article récent.

Dominique Plihon, Evelyne Dourille-Feer et Luis Miotti
Dominique Plihon, Evelyne Dourille-Feer et Luis Miotti
© Radio France - J-C F

L’harmonie n’est pas le premier mot qui vient à l’esprit à propos de l’Argentine. On croyait pourtant le pays sorti d’affaire, un peu plus de dix ans après avoir touché le fond, et refusé de céder aux exigences du FMI. L’an dernier, la croissance tutoyait même les 10 %. Sauf que les années se suivent sans se ressembler. Les Argentins, ceux des classes moyennes surtout, ont manifesté en masse ces dernières semaines pour protester contre la dévaluation de leur épargne, au moment où l’agence de notation Fitch dégradait fortement la note du pays, « coupable » de ne pas avoir remboursé suffisamment sa dette. Il n’empêche, le cas argentin continue d’être montré en exemple, comme celui d’un pays qui aura au moins réussi à s’extraire, pendant un temps, de la pression de ses créanciers.

Publicité

L’économie européenne peut-elle tirer profit des expériences japonaise et argentine (mais aussi islandaise) ?

« Y a-t-il des modèles (ou des anti-modèles) de sortie de crise ? »

Et le contrepoint de Julie Gacon:

Emmanuel Laborie
Emmanuel Laborie
© Radio France

Depuis le premier choc pétrolier de 1973, la France est en "crise". Les discours politiques et médiatiques ont à peine changé depuis: nous sommes en crise, et nous devons accepter les réformes. Une crise perpétuelle, en quelque sorte... Rencontre avec Emmanuel Laborie qui, pour son documentaire La crise au pays des merveilles diffusé sur La Chaîne Parlementaire, a exploré 40 ans d'archives de l'Institut National de l'Audiovisuel.

Contre point laborie

4 min

Suivez-nous aussi sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur Facebook")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration