Boisseau de graines de soja dans un laboratoire de Monsanto, Missouri
Boisseau de graines de soja dans un laboratoire de Monsanto, Missouri ©Reuters - Tom Gannam
Boisseau de graines de soja dans un laboratoire de Monsanto, Missouri ©Reuters - Tom Gannam
Boisseau de graines de soja dans un laboratoire de Monsanto, Missouri ©Reuters - Tom Gannam
Publicité

En rachetant Monsanto, Bayer inquiète sur sa potentielle capacité à contrôler toute la chaîne agricole : des semences à l’assiette du consommateur.

Avec
  • Jean-Pierre Lebrun maraicher bio à la retraitre, membre du Réseau des semences paysannes pour la Confédération paysanne
  • Nicole Ouvrard Présidente de l'Association Française des Journalistes Agricoles et rédactrice en chef du Betteravier Français
  • Bruno Parmentier Ingénieur et économiste, ancien directeur de l’Ecole d’agronomie d’Angers, consultant spécialisé dans les questions agricoles et alimentaires

On ne pourra pas reprocher à Bayer de s’embarrasser du ‘’qu’en dira-t-on’’. Mercredi dernier, le groupe allemand annonçait qu’il rachetait l’américain Monsanto : une des entreprises les plus détestées au monde. Montant de la transaction : 59 milliards d’euros. Sachant qu’a priori, les dirigeants de Bayer sont des gens raisonnables, comment expliquer une telle prise de risque, à un tel prix ?

Et bien c’est assez simple. Bayer n’est pas seulement un géant de la pharmacie, mais aussi de l’agrochimie. Monsanto, lui, est un des principaux producteurs de semences. Réunissez les deux et vous obtenez une entreprise en mesure de contrôler une partie de la filière agricole : les graines et les pesticides qui vont avec. Ce mariage n’est pas un cas isolé. Depuis quelques mois, les grands semenciers et agrochimistes mondiaux opèrent des rapprochements (lesquels doivent d’ailleurs obtenir l’agrément des différentes autorités de la concurrence avant d’être validés) Résultat attendu : une concentration de plus en plus forte du secteur, et donc un moindre choix pour les agriculteurs. Faut-il s’inquiéter d’une telle standardisation qui, si elle n’est pas nouvelle, est de plus en plus poussée ?

Publicité

‘’Bayer-Monsanto : une menace pour la diversité agricole ?’’

Liens

L'équipe