CLUB: La "post-vérité" menace-t-elle la présidentielle ?

Ceci n'est pas une photo
Ceci n'est pas une photo ©AFP - Robyn BECK
Ceci n'est pas une photo ©AFP - Robyn BECK
Ceci n'est pas une photo ©AFP - Robyn BECK
Publicité

Nouvelle ère ou concept fumeux? La "post-vérité" en débat dans le Club des idées.

Avec
  • Philippe Manière Président et co-fondateur de la société de conseil Vae Solis Communications
  • Brice Couturier Journaliste, producteur jusqu'en juin 2021 de la chronique "Le Tour du monde des idées" sur France Culture
  • Sylvain Bourmeau Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture

Du temps de sa splendeur, dans les années 80, Thierry Le Luron triomphait sur scène avec un sketch : le Véritomètre. L’imitateur y incarnait un Georges Marchais coiffé d’une ventouse, elle-même reliée à une machine diabolique : à chaque mensonge proféré par le secrétaire général du Parti communiste, la machine se mettait se mettait à sonner. Effet comique assuré. Un tel sketch aurait-il la même efficacité aujourd’hui ? Pas sûr, si l’on accepte l’idée que le mensonge en politique est désormais assumé, que nous sommes entrés dans une ère de "post-vérité".

La post-vérité, c’est le mot de l’année 2016 selon le dictionnaire anglais Oxford. Il signifie que les faits objectifs comptent moins désormais que les émotions pour influencer l’opinion. La victoire du Brexit en juin dernier, celle de Donald Trump en novembre en seraient les stigmates les plus visibles : pour gagner, il n’est plus nécessaire de dire vrai, ce serait même contre-productif. Ce qui est surprenant, c’est de voir la vitesse à laquelle cette notion s’est imposée justement comme une vérité, sans subir un véritable examen critique.

Publicité

Après tout, on pourrait considérer que la ‘post-vérité’ est surtout bien pratique pour contester des résultats électoraux : une façon polie de dénoncer la crédulité des électeurs, leur manque de clairvoyance. Les élections à venir en France verront-elles la confirmation de l’usage de cette notion, et des travers qu’elle dénonce ?

« La "post-vérité" menace-t-elle la présidentielle ? »

L'équipe