Donald Trump a annoncé qu’il serait prêt, dans certaines conditions, à utiliser l’arme nucléaire contre Daesh.
Donald Trump a annoncé qu’il serait prêt, dans certaines conditions, à utiliser l’arme nucléaire contre Daesh.
Donald Trump a annoncé qu’il serait prêt, dans certaines conditions, à utiliser l’arme nucléaire contre Daesh. ©AFP - MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Donald Trump a annoncé qu’il serait prêt, dans certaines conditions, à utiliser l’arme nucléaire contre Daesh. ©AFP - MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Donald Trump a annoncé qu’il serait prêt, dans certaines conditions, à utiliser l’arme nucléaire contre Daesh. ©AFP - MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Publicité
Résumé

Une centaine de pays ont débuté aujourd’hui à l’ONU des négociations inédites sur un traité d'interdiction des armes nucléaires, malgré l’opposition des grandes puissances nucléaires…

avec :

François Géré (Historien, spécialiste en géostratégie, président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS)), Corentin Brustlein (directeur du Centre des études de sécurité et du programme « Dissuasion et prolifération » à l’Institut français des relations internationales (IFRI).), Jean-Marie Collin (expert et porte-parole de ICAN France (Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires).).

En savoir plus

Sans doute n’avez-vous jamais entendu parler de la résolution L41 de l’ONU. Son adoption est pourtant récente, mais il est vrai qu’elle a été votée la veille du réveillon de Noël : moment peu propice pour retenir l’attention médiatique. Il se pourrait néanmoins qu’elle finisse par atteindre une certaine notoriété, voire postérité, en inaugurant une nouvelle phase du désarmement nucléaire mondial.

Que préconise la résolution L41 ? L’organisation d’une conférence des Nations Unies "chargée de négocier un instrument juridiquement contraignant d’interdiction des armes nucléaires, conduisant à leur élimination totale". Et il se trouve que cette conférence s’ouvre aujourd’hui à New-York. Et c’est déjà un succès puisque plus d’une centaine de pays participe à des négociations inédites. Mais c’est aussi déjà un échec dans la mesure où ce sont les absents qui y sont le plus visibles : Etats-Unis, Russie, France, Royaume-Uni notamment, autrement dit les puissances nucléaires, sans qui rien ne peut se faire en matière de désarmement.

Publicité

Pour les participants à cette conférence, l’idée est justement de faire pression sur ces grandes puissances, les obliger à réactiver le Traité sur la Non-Prolifération dans laquelle elles sont engagées. Il y aurait urgence, eu égard aux nouveaux déséquilibres mondiaux, ce que contestent les partisans de la dissuasion.

‘’Désarmement nucléaire : ça urge ?

Liens

Emissions sur le sujet

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration