France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Françoise Balibar professeur émérite (spécialité physique) de l’Université Paris Diderot, elle a dirigé au CNRS l’équipe chargée de la présentation et traduction annotée de 6 volumes d’écrits d’Einstein
  • Dominique Lecourt professeur de philosophie à l’université Paris Diderot et directeur général de l'Institut Diderot
  • Pierre Henri Gouyon Biologiste
Dominique Lecourt, Françoise Balibar
Dominique Lecourt, Françoise Balibar
© Radio France

Dominique Lecourt, Françoise Balibar ©Radio France

Pierre-Henri Gouyon
Pierre-Henri Gouyon
© Radio France

Pierre-Henri Gouyon ©Radio France

Publicité

Vous l’avez entendu dans le journal. La saison 2011 des Nobel a officiellement débuté ce midi avec l’attribution de celui de Médecine. Demain, la Physique suivra. Avant la Chimie mercredi.

En annonçant la liste des lauréats tout à l’heure, le secrétaire du comité Nobel de médecine a eu ces mots : ils ont «* révolutionné notre compréhension du système immunitaire en découvrant les principes-clefs de son activation* ». Révolution : le mot n’est pas anodin.

Il est souvent associé aux grandes découvertes scientifiques, laissant entendre que celles-ci sont d’autant plus innovantes qu’elles procèdent d’un grand chambardement des théories ‘’officielles’’. Révolutionnaire : c’est encore de cette façon qu’ont été présentés (il y a 10 jours) les résultats de l’expérience OPERA, menée par une équipe internationale de physiciens. Car ce qu’ils ont découvert défie les lois de la relativité générale définies par Albert Einstein : des particules, les neutrinos, capables d’aller un peu plus vite que la lumière.

La vitesse de la lumière pourtant considérée comme un seuil indépassable. Si cette découverte devait être définitivement validée, elle remettrait en cause les fondements d’un siècle de physique. Inimaginable pour certains chercheurs. Particulièrement excitant pour d’autres qui, à la suite du philosophe Karl Popper, considèrent qu’une théorie qui n’est pas réfutable est dépourvue de caractère scientifique.

Est-ce à dire que la science ne peut véritablement progresser que dans la rupture ?

Ecoutez le contrepoint de Julie Gacon. En conclusion de notre débat, le témoignage du médecin et essayiste Jean Hamburger permet de souligner la distinction entre les phénomènes de rupture et de césure dans la recherche scientifique :


Suivez-nous sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur Facebook")

L'équipe