Manifestation à Shahhat peu avant le 5e anniversaire de la révolution libyenne ©Reuters - Stringer
Manifestation à Shahhat peu avant le 5e anniversaire de la révolution libyenne ©Reuters - Stringer
Manifestation à Shahhat peu avant le 5e anniversaire de la révolution libyenne ©Reuters - Stringer
Publicité
Résumé

La formation d’un gouvernement d’union nationale en Libye n’aura jamais été aussi proche. Annoncé cette nuit, l’accord a été salué par les occidentaux qui s’inquiètent de la percée de l’Etat Islamique dans le pays. Un premier pas vers une nouvelle intervention militaire?

avec :

Bruno Tertrais (Directeur adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique et conseiller géopolitique à l’Institut Montaigne), Agnès Levallois (Maîtresse de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, vice-présidente de l'iReMMO (Institut de Recherche et d'études Méditerranée Moyen-Orient)), Ariel Colonomos (directeur de recherches au CNRS / CERI, enseigne à Sciences Po les relations internationales et la théorie politique, auteur notamment du livre « Le pari de la guerre - guerre préventive, guerre juste ? », ed. Denoël.).

En savoir plus

La nouvelle est tombée très tôt ce matin. Le conseil présidentiel libyen en négociation sous l’égide de l’ONU depuis plusieurs mois vient enfin d’annoncer la formation d’un gouvernement d’union nationale. 5 ans jours pour jours après le début de la révolution contre le régime de Kadhafi, cette annonce résonne comme un espoir dans un pays miné par l’absence d’Etat et les rivalités politiques.

"J'espère que la Libye pourra avoir un gouvernement pleinement opérationnel très prochainement", a déclaré la chef de la diplomatie de l'Union Européenne, Federica Mogherini. Il faut dire que les européens restent inquiets de la situation sur place. L’implantation de l’Etat islamique dans la ville de Syrte a ranimé le débat sur la nécessité de nouvelles frappes de la coalition internationale en Libye.

Publicité

Le 17 mars 2011, sur une initiative franco-britannique, l’ONU autorisait pour la première fois une intervention militaire dans un Etat au nom de la responsabilité de protéger. L’ancien président de MSF, Rony Brauman s’inquiétait à l’époque de « la réhabilitation de la guerre comme mode de règlement des conflits ». L’état de guerre civile qui s’en est suivit semble lui avoir donné raison. Alors comment aider les libyens face à la menace djihadiste ?

« Faut-il à nouveau intervenir en Libye ? »

Ariel Colonomos, Agnès Levallois et Bruno Tertrais
Ariel Colonomos, Agnès Levallois et Bruno Tertrais
- FR

Liens

  • Cinq ans après la chute de Kadhafi, la Libye terre de conquête de l'EI (L'Obs)
  • La Tunisie se prépare aux conséquences d'une intervention militaire en Libye (L'Orient le jour)
  • Libye. Après l’accord en trompe-l’œil de Tunis, peut-on imaginer un gouvernement d’union nationale ? (France Culture - Les Enjeux internationaux)
  • Intervention en Libye : Obama a (presque) tranché (Jeune Afrique)
  • Printemps arabes : "le mur de la peur" est tombé (Europe 1)
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration