Dans le spectacle Mélancolie(s), Julie Deliquet et le collectif In Vitro fusionnent Les Trois Sœurs et Ivanov de Tchekhov - Simon Gosselin
Dans le spectacle Mélancolie(s), Julie Deliquet et le collectif In Vitro fusionnent Les Trois Sœurs et Ivanov de Tchekhov - Simon Gosselin
Dans le spectacle Mélancolie(s), Julie Deliquet et le collectif In Vitro fusionnent Les Trois Sœurs et Ivanov de Tchekhov - Simon Gosselin
Publicité
Résumé

Quand Carmen ne meurt plus, c’est Bizet qu’on assassine ? La volonté de moderniser les grandes œuvres du théâtre et de la littérature donne parfois lieu à quelques excès. Mais comment inscrire les classiques dans le monde d'aujourd’hui, les revitaliser sans les dénaturer ?

avec :

Frédéric Boyer (Écrivain, traducteur et éditeur), Julie Deliquet (metteure en scène de théâtre), Jean-Marie Rouart (Romancier et essayiste, membre de l'Académie française).

En savoir plus

S’agit-il d’un acte manqué ? En tout cas le coup de pistolet n’est pas parti dimanche soir, lors de la première représentation de Carmen, au Teatro Maggio de Florence en Italie.  C’était pourtant le moment le plus attendu : celui où l’héroïne abat son amant. Oui car dans cette version proposée par le metteur en scène Leo Muscato, ce n’est pas Carmen qui meurt à la fin de l’opéra, c’est Don José.

’A notre époque, marquée par le fléau des violences faites aux femmes, il est inconcevable qu’on applaudisse le meurtre de l’une d’elles’’, a-t-il expliqué.

Publicité

Si le coup de feu n’est pas parti, la détonation provoquée par cette revisite de l’œuvre de Bizet est grande. Pour beaucoup, il s’agit d’un sacrilège, d’autant plus inacceptable qu’il s’appuie sur des arguments relevant du ‘politiquement correct’.

La revisite des grandes œuvres classiques n’est pourtant pas une nouveauté. L’histoire du théâtre et de la littérature est une longue suite de réécriture de textes plus anciens : on pense à Antigone, à Don Juan, à Œdipe… Ce sont aussi ces transformations qui leur permettent de franchir les siècles.

Mais à vouloir rendre des œuvres plus actuelles et plus accessibles, n’y a-t-il pas le risque d’en altérer le sens ?

’Faut-il moderniser les classiques ?’’

Le spectacle "Mélancolie(s)" mis en scène par Julie Deliquet avec le collectif In Vitro est présenté au théâtre de la Bastille jusqu’au 12 janvier 2018 puis en tournée :  

  • du 16 au 20 janvier Théâtre Romain Rolland, Villejuif
  • le 10 février La Scène Watteau, Nogent-sur-Marne
  • le 22 février Le Rayon Vert, St-Valéry-en-Caux
  • le 2 mars, Théâtre Théo Argence, Saint-Priest
  • le 6 et 7 mars, La Comédie de Valence
  • le 16 mars Théâtre de Suresnes - Jean Vilar
  • du 22 au 23 mars CDN Orléans/Loiret/Centre
  • le 27 mars Théâtre des 3 Pierrots, Saint-Cloud
  • du 4 au 5 avril Théâtre Joliette-Minoterie, Marseille
  • le 4 mai Théâtre du Vellein, Villefontaine

Plus d’infos ici et  

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Eva Pellerin
Collaboration
Virginie Le Duault
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration