France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Pour l’instant, tout va mieux. Dans l’Est de l’Ukraine, la trêve semble respectée. C’est en tout cas le constat dressé par les journalistes de l’AFP : aucun mort signalé ce jeudi par l’armée ukrainienne, et ce pour la 2e journée consécutive. Conformément aux accords de Minsk 2, signés il y a 15 jours, chaque camp s’est engagé à retirer les armes lourdes d’une zone allant de Liougansk au Nord à Marioupol au Sud. Un territoire pouvant atteindre la profondeur de 140 kms par endroits, et ayant vocation à être démilitarisé, sous le contrôle de l’OSCE, l’Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe. Cette ‘’zone tampon’’, si elle finit par voir le jour (le cessez le feu est fragile) a vocation à éviter tout contact direct entre les belligérants.

Michel Foucher, Joseph Maïla
Michel Foucher, Joseph Maïla
© Radio France - JCF

Un concept qui en rappelle un autre : celui d’Etat tampon, utilisé autrefois pour neutraliser une zone convoitée par de grandes puissances. L’Afghanistan, la Belgique, le Laos entre autres doivent leur existence ou une partie de leur histoire à cette fonction qui leur avait été assignée. Pas toujours avec succès, il faut bien le reconnaître. Mais étant donné les conflits du moment, en Ukraine, en Irak et en Syrie, conflits qui paraissent insolubles, pourquoi ne pas imaginer une version modernisée de ces zones intermédiaires ?

Publicité

« Faut-il recréer des Etats tampons ? »

Suivez-nous aussi sur

twitter
twitter
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration