Les campagnes de publicité pour la contraception ne doivent-elles que s’adresser aux femmes ? (Campagne Biogaran de juillet 2017)
Les campagnes de publicité pour la contraception ne doivent-elles que s’adresser aux femmes ? (Campagne Biogaran de juillet 2017)
Les campagnes de publicité pour la contraception ne doivent-elles que s’adresser aux femmes ? (Campagne Biogaran de juillet 2017)
Les campagnes de publicité pour la contraception ne doivent-elles que s’adresser aux femmes ? (Campagne Biogaran de juillet 2017)
Publicité

« Les maladies des femmes et celles des hommes diffèrent beaucoup pour le traitement » écrivait Hippocrate il y a deux mille ans. Pourtant aujourd’hui, la médecine semble être encore faite par et pour les hommes. Devrait-on désormais pratiquer une médecine différenciée en fonction des sexes ?

Avec
  • Marie M'Sika Razon Médecin généraliste au mouvement français pour le Planning Familial
  • Catherine Vidal Neurobiologiste, directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur de Paris, et membre du Comité d'éthique de l'Inserm où elle est co-fondatrice du groupe "Genre et recherches en santé"
  • Clara De Bort Directrice générale de L'Agence régionale de santé (ARS) de Guyane

La tour Eiffel sera rose ce soir. Entièrement illuminée pour marquer le lancement d’’’Octobre rose’’, la campagne mondiale annuelle d’information et de prévention du cancer du sein. Un exemple réussi de mobilisation autour d’une question touchant spécifiquement la santé des femmes.

D’autres combats sont plus difficiles à mener. Par exemple à propos de l’endométriose, une maladie qui provoque notamment de fortes douleurs pendant les règles. Une pétition a été adressée au Défenseur des droits pour que cette maladie soit mieux prise en charge. Et que celles qui en souffrent soient mieux considérées.

Publicité

Car c’est un symptôme dont souffrirait les femmes lorsqu’elles sont confrontées au milieu médical : une moindre attention pour le ‘’sexe faible’’. Comme l’écrivait l’écrivain et médecin Martin Winckler dans une chronique récente pour Libération : ‘’quand une femme consulte pour des douleurs chroniques diffuses, elle s’entend souvent dire : « c’est dans la tête ! »’’.

De tels réflexes posent problème. Ils peuvent par exemple retarder le diagnostic de certaines maladies, surtout si celles-ci sont considérées comme typiquement masculines : les maladies cardio-vasculaires par exemple. Ils conduisent aussi à sous-représenter les femmes dans les tests cliniques pour les médicaments.

‘’Faut-il une autre médecine pour les femmes ?’’

Articles

Lien

Le blog de Clara de Bort : "En jupe !".

Documentaire sur la maltraitance gynécologique

53 min

« Préjugés »

Moins bien dépistées, soignées plus tardivement, oubliées par la recherche... Les femmes semblent aujourd'hui plus vulnérables que les hommes face aux risques cardio-vasculaires.

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Eva Pellerin
Collaboration
Virginie Le Duault
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration