France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Il portait la voix de la France en février 2003 pour dire « Non » à la guerre en Irak. Dominique de Villepin doit se sentir bien seul aujourd’hui. L’ancien premier ministre vient de signer une tribune dans laquelle il se dit hostile à l’intervention militaire en cours contre les combattants de l’État islamique. « On frappe pour se donner bonne conscience », écrit Dominique de Villepin, « mais quel sens cela a-t-il si cela crée des vocations pour dix nouveaux fous de Dieu ? »

Hosham Dawod et François Géré
Hosham Dawod et François Géré
© Radio France

Des prises de position de cette nature, vous en trouverez peu parmi les politiques. Après le large vote de la semaine dernière à l’Assemblée en faveur de la nouvelle loi contre le terrorisme, les parlementaires français s’apprêtent à approuver demain, sans voter, la participation de la France à la coalition internationale mise en place par les États-Unis.

Publicité

Il est vrai que la nature de l’ennemi ne prête guère le flanc au débat : difficile de lui trouver des circonstances atténuantes. Il est vrai encore que les bombardements aériens en cours répondent à une demande du gouvernement irakien : gouvernement légitime. Cette nouvelle guerre démarre donc dans un contexte très différent de celui d’il y a 11 ans. Sauf que le terrain est le même : l’Irak. Sauf que ce qui s’est passé à l’époque n’est pas étranger au chaos actuel.

« *Intervention en Irak : les leçons de 2003 ont-elles été tirées ? * »

C’est notre sujet du jour.

Suivez-nous aussi sur

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter")

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration