Johnny et Jean d’Ormesson sont-ils vraiment les Victor Hugo de notre époque ?
Johnny et Jean d’Ormesson sont-ils vraiment les Victor Hugo de notre époque ? ©Maxppp - ZUMA PRESS/Ludovic Maillard/Delphine Goldsztejn
Johnny et Jean d’Ormesson sont-ils vraiment les Victor Hugo de notre époque ? ©Maxppp - ZUMA PRESS/Ludovic Maillard/Delphine Goldsztejn
Johnny et Jean d’Ormesson sont-ils vraiment les Victor Hugo de notre époque ? ©Maxppp - ZUMA PRESS/Ludovic Maillard/Delphine Goldsztejn
Publicité

A chacun son hommage : «national» pour Jean d’Ormesson, «populaire» pour Johnny Hallyday. Mais leur mémoire appartient-elle vraiment à tous les Français ? L’ampleur prise par les commémorations de leur mort marque-t-elle la fin des mythes nationaux qu’ils représentaient chacun à leur manière ?

Avec
  • Pascal Ory Historien, spécialiste d’histoire culturelle, membre de l’Académie française
  • Philippe Manière Président et co-fondateur de la société de conseil Vae Solis Communications
  • Aude Lancelin journaliste, fondatrice de "QG le média"
  • Anastasia Colosimo politologue et enseignante en théologie politique à Sciences Po Paris

En ces temps de restriction budgétaire, où les services publics sont incités à faire toujours plus d’économies, il eut été logique d’envisager non pas deux mais un seul hommage national, conjoint, à Johnny Hallyday et Jean d’Ormesson. Le calendrier les a réunis dans l’au-delà, à quelques heures d'intervalle : le protocole auraient très bien pu les célébrer ici-bas dans un même élan.

D'autant que la synchronicité de leur disparition n’est pas le seul élément en mesure de les rapprocher. Chacun incarnait, à sa manière, une certaine idée de la France, un petit bout du roman national, tel qu'il s'écrit désormais à la lumière des caméras de télévision. Une France à la fois rebelle et bien élevée, populaire et lettrée. Une France souriante, consensuelle, rassurante.

Publicité

Mais une France qui a peut-être déjà cessé d'exister. Ce pourrait être une hypothèse pour comprendre la dimension déraisonnable des réactions qui ont suivi la disparition de l’écrivain puis du chanteur. Ce n’est pas leur faire insulte de dire que ni l’un ni l’autre ne marquera durablement l’histoire de la littérature ou de la musique. Une belle œuvre, oui, de grands créateurs, non. C’est donc bien au-delà de leur contribution artistique, et peut-être aussi au-delà de leurs seules personnes, que se jouent les effusions républicaines du moment, effusions auxquelles il ne semble plus permis d’échapper.

’Johnny, Jean d’O : qui ne pleure pas n’est pas français ?’’

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Tricot
Production déléguée
Véronique Vila
Réalisation