France Culture
France Culture
Publicité

Ne jamais se fier ni à l’âge, ni au physique, ni à la réputation. Certes, Kim Jong Un n’est pas encore trentenaire, son visage et sa bedaine lui donnent un air de gamin trop bien nourri à la tête d’un pays qu’il est tentant de qualifier de dictature d’opérette.

Mais le leader de la Corée du Nord, fils de Kim Jong Il, petit-fils de Kim Il Sung, est manifestement beaucoup plus fin stratège que ce qu’on imaginait il y a un peu plus d’un an, au moment de son accession au pouvoir : un sens aigu du crescendo dans la provocation, sans aller trop loin, en tout cas pour l’instant.

Publicité
Pierre Rigoulot, Valérie Niquet et Pascal Dayez-Burgeon
Pierre Rigoulot, Valérie Niquet et Pascal Dayez-Burgeon
© Radio France - J-C F

La Corée du Nord a annoncé ce lundi qu’elle retirait ses 53 000 ressortissants employés dans la zone industrielle de Kaesong, située sur son territoire mais administrée par des Sud-coréens. Décision qui fait suite à l’abrogation unilatérale, fin mars, de l’armistice de 1953 entre le Nord et le Sud à la menace de lancer une offensive militaire contre les intérêts américains au 3e essai nucléaire réalisé mi-février au lancement d’une fusée en décembre, possible test d’un missile balistique longue portée.

A Pyongyang, la tradition est donc respectée. Le régime nord-coréen a pris l’habitude d’offrir à la planète sa dose d’adrénaline, histoire de montrer qu’il faut compter avec lui. Histoire aussi d’obtenir, en échange d’un retour à la « raison », une aide économique pour maintenir à flot un pays qui aurait déjà dû s’effondrer depuis belle lurette. Sauf que cette fois-ci, les menaces paraissent plus sérieuses. Parce que pour certaines inédites.

« Jusqu’où peut aller la Corée du nord ? » C’est notre sujet du jour.

Suivez-nous aussi sur :

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter") [

facebook
facebook

](http://www.facebook.com/pages/Du-Grain-%C3%A0-moudre/245769492112578 "Du Grain à moudre sur Facebook")

Et le contrepoint de Julie Gacon:

Marc Augé
Marc Augé
© Radio France - JG

Pourquoi la Corée du Nord ne nous fait-elle pas peur? Pourquoi l'Iran fait-il davantage parler de lui? Pourquoi sommes-nous beaucoup plus inquiets des accidents que des menaces humaines quand il s'agit de nucléaire? Parce que les peurs sont sélectives. C'est l'un des enseignements du dernier livre de l'ethnologue Marc Augé, *Les nouvelles peurs * (Payot).

Contrepoint Marc Augé

2 min

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration