France Culture
France Culture
Publicité

C’est désormais acquis : la gauche, en tout cas la gauche au pouvoir, est définitivement réconciliée avec le monde de l’entreprise. Mais les Français, eux, se font encore tirer l’oreille, et parmi les mauvais élèves, il y a l’école justement. Raison pour laquelle depuis quelques années, l’Éducation nationale et le Medef unissent leurs efforts pour faire entrer l’entreprise au sein des établissements scolaires : si ce n’est entre ses murs, du moins dans la tête des élèves…et des enseignants.

Sabine de Beaulieu, Miriam Bénac et Arnaud Parienty
Sabine de Beaulieu, Miriam Bénac et Arnaud Parienty
© Radio France

Ce lundi démarrait la 15e Semaine École Entreprise. L’idée étant, pour reprendre ce qu’en disait Jean-Marc Ayrault à l’époque, d’instaurer un dialogue « indispensable pour mener le combat pour l’emploi ». Vincent Peillon, alors ministre, voulait, lui, engager l’Education nationale dans le redressement productif. Mais laissons plutôt la parole au chef de l’État : « *stimuler l’esprit d’entreprise, c’est d’abord le rôle de l’école * » : François Hollande, 29 avril 2013.

Publicité

À cet effet, le Conseil national éducation économie (CNEE) était installé il y a un an : un collectif réunissant des patrons, des représentants de salariés et de profs, et ayant justement vocation à faire dialoguer ces deux mondes qui semblent si bien s’ignorer. Mais jusqu’où pousser le dialogue ? Et n’est-ce pas une façon de considérer l’école comme un simple vivier d’individus immédiatement employables ?

« L’école doit-elle inculquer l’esprit d’entreprise ? »

C'est notre sujet du jour.

Suivez-nous aussi sur

[

twitter
twitter

](http://twitter.com/grain_a_moudre "Du Grain à moudre sur Twitter")

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration