Les particuliers louant leur appartement via la plateforme AirBnb risquent d’être taxés au-delà d’un certain seuil de revenus.
Les particuliers louant leur appartement via la plateforme AirBnb risquent d’être taxés au-delà d’un certain seuil de revenus.
Les particuliers louant leur appartement via la plateforme AirBnb risquent d’être taxés au-delà d’un certain seuil de revenus.  ©AFP - John MACDOUGALL
Les particuliers louant leur appartement via la plateforme AirBnb risquent d’être taxés au-delà d’un certain seuil de revenus. ©AFP - John MACDOUGALL
Les particuliers louant leur appartement via la plateforme AirBnb risquent d’être taxés au-delà d’un certain seuil de revenus. ©AFP - John MACDOUGALL
Publicité
Résumé

Airbnb, Uber, BlaBlaCar résisteront-elles à la volonté des politiques de les soumettre aux mêmes législations que l'économie classique ?

avec :

Olivier Babeau (Président-fondateur Institut Sapiens,), Antonio Casilli (Professeur à Telecom Paris, Institut Polytechnique de Paris), Diana Filippova (Co-fondatrice de OuiShare, think tank de l'économie collaborative).

En savoir plus

Vous êtes l’heureux propriétaire d’un ou plusieurs logements, que vous louez à partir d’une plate-forme de partage, de type Airbnb ? Vous n’êtes pas censé ignorer que les revenus que vous en tirez doivent être déclarés aux impôts : l’administration fiscale a procédé à une piqure de rappel sur ce sujet à la fin du mois d’août. Mais ce n’est pas tout : vous devrez bientôt payer des cotisations sociales sur ces revenus, si jamais ils dépassent le seuil de 23 000 euros par an. C’est ce qu’ont fini par décider les députés jeudi dernier, en votant un amendement inscrit dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Fin de l’état de grâce pour l’économie collaborative. A l’enthousiasme du début ont succédé des interrogations sur cette forme d’activité qui bouleverse le monde du travail. Droit social, fiscalité : plus question pour ce secteur de se développer en restant à l’écart de la réglementation. Un tribunal du travail britannique vient même de condamner la société Uber à donner le statut de salariés à ses chauffeurs.

Publicité

Selon un rapport parlementaire publié début février, l’économie collaborative pèserait, en France, 2.5 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Un poids de plus en plus important, pour un secteur qui reste néanmoins fragile : les vrais succès y sont rares. D’où les appels à la prudence de certains, qui craignent qu’un excès de réglementation ne vienne étouffer ce nouveau modèle économique.

Liens

  • Cessons d’appliquer des règles du passé à l’économie collaborative (Les Echos)
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration