Felipe VI signe la dissolution du Parlement, appelant à une nouvelle élection
Felipe VI signe la dissolution du Parlement, appelant à une nouvelle élection
Felipe VI signe la dissolution du Parlement, appelant à une nouvelle élection ©Reuters - Avec l'autorisation de la Casa del Rey,
Felipe VI signe la dissolution du Parlement, appelant à une nouvelle élection ©Reuters - Avec l'autorisation de la Casa del Rey,
Felipe VI signe la dissolution du Parlement, appelant à une nouvelle élection ©Reuters - Avec l'autorisation de la Casa del Rey,
Publicité
Résumé

5 mois sans gouvernement : l’Espagne va devoir revoter fin juin. Une crise politique inédite qui va chercher ses racines dans des blessures plus profondes ?

avec :

Luis Cebrian (Ancien directeur d'El Païs, président du groupe Prisa), Sophie Baby (Maîtresse de conférence en histoire contemporaine à l'université de Bourgogne, spécialiste des enjeux de mémoire en Espagne, de l’espace ibéro-américain aux XXème et XXIème siècles et des violences politiques dans nos sociétés contemporaines.), Benoît Pellistrandi (historien, spécialiste de l’Espagne contemporaine, professeur en classes préparatoires au Lycée Condorcet à Paris), Alicia Fernández García (docteure en langue et civilisation espagnole de l’Université Paris Nanterre (Paris-X) et A.T.E.R. (attachée temporaire d'enseignement et de recherche) en civilisation espagnole à Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

En savoir plus

Madrid ou Madrid ? Il va falloir choisir son camp. Samedi prochain, la finale de la Ligue des champions opposera l’Atletico au Real, le club des petites gens face à celui de la bourgeoisie. Confrontation entre deux Espagne, comme le football de ce pays en offre si souvent, sur la scène européenne aussi bien que nationale. Longtemps, les électeurs espagnols ont été confrontés au même type d’alternative : deux équipes sur le terrain, parti socialiste ou parti populaire. Mais depuis quelque temps, tout se complique : désormais, ils sont quatre.

En décembre, les législatives ont consacré la percée des mouvements Podemos et Ciudadanos. Depuis, aucun gouvernement n’a pu être constitué : les Espagnols devront donc revoter le 26 juin prochain. Cette remise en cause du système bipartisan par des mouvements citoyens n’est évidemment pas sans lien avec la crise économique qui a terrassé le pays à partir de 2008, et dont celui-ci commence à peine à se relever.

Publicité

Mais peut-être faut-il aussi aller chercher les divisions actuelles dans un passé un peu plus ancien. Il y a 40 ans, l’Espagne rompait avec la dictature de manière exemplaire, opérant une transition démocratique érigée depuis en modèle d’unité nationale. Pour certains observateurs, c’est justement ce mythe fondateur qui est aujourd’hui remis en cause.

« L’Espagne vit-elle une nouvelle transition démocratique ? »

Sophie Baby, Alicia Fernandez Garcia, Benoit Pellistrandi
Sophie Baby, Alicia Fernandez Garcia, Benoit Pellistrandi
© Radio France - CB

Liens

  • 23-F Tentative de coup d’État en Espagne (France Inter)
  • Catalogne indépendante : rêve ou cauchemar ? (Le Figaro)
  • "Les Espagnols souhaitent un renouvellement profond du système politique" (l'Obs)
  • En Espagne, les impossibles négociations (Le Monde)
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Céline Leclère
Collaboration
Mélanie Chalandon
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Anne Kobylak
Réalisation
Cyril Baert
Collaboration