À Tarifa, en Espagne, un migrant observe l'une des frêles embarcations ayant servi à traverser la Méditerranée. ©AFP - JORGE GUERRERO / AFP
À Tarifa, en Espagne, un migrant observe l'une des frêles embarcations ayant servi à traverser la Méditerranée. ©AFP - JORGE GUERRERO / AFP
À Tarifa, en Espagne, un migrant observe l'une des frêles embarcations ayant servi à traverser la Méditerranée. ©AFP - JORGE GUERRERO / AFP
Publicité
Résumé

Le pacte de Marrakech sur les migrations a été adopté aujourd'hui par plus de 150 pays. En Europe, les arrivées d'exilés, notamment en provenance d’Afrique, devraient se multiplier dans les décennies à venir. Comment s’y préparer ? Quelle politique mettre en place ?

avec :

François Gemenne (Spécialiste de la gouvernance du climat et des migrations, directeur de l’Observatoire Hugo à l’université de Liège, enseignant à Sciences-Po et à la Sorbonne), Stephen Smith (journaliste-écrivain, il enseigne les études africaines à l'université de Duke aux Etats-Unis.).

En savoir plus

Si c'est un hasard, alors il fait bien les choses. Le pacte de l'ONU sur les migrations, qui vise à renforcer la coopération internationale en la matière, a été signé ce lundi à Marrakech. Le jour du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Laquelle déclaration affirme notamment que toute personne a le droit de circuler librement. Bien que non contraignant, ce texte ne fait pas l’unanimité. Les Etats-Unis n’y ont pas adhéré. Et plusieurs pays, européens pour la plupart, viennent de s’en éloigner : l’Italie, l’Autriche, la Bulgarie, la Pologne ou encore la République tchèque.

Ce qui donne un aperçu, une nouvelle fois, des divisions européennes sur la question migratoire. L’Europe aurait pourtant intérêt à avancer groupée eu égard aux défis qui l’attendent. Les migrations internationales vont se poursuivre. Le "vieux continent" fait partie des destinations. L’Afrique en est un des points de départ.

Publicité

Et ce n’est qu’un début si l’on en juge par les prévisions démographiques : d’ici à 2050, la population africaine devrait doubler, entraînant mécaniquement une augmentation des migrations. Oui mais quelle sera l’ampleur de cette pression migratoire ?

De la réponse à cette question va dépendre le choix des politiques à mener, sur le continent africain comme sur le continent européen. Problème, les experts ne sont pas d’accord, et le sujet est éminemment sensible politiquement.

"L’Europe doit-elle décourager les migrations africaines ?"

Articles :

Migrants : « Ouvrir les frontières accroît à la fois la liberté et la sécurité » : interview de François Gemenne par Hervé Kempf et Lorène Lavocat pour Reporterre, le 29/06/2016.

“Être pour ou contre les migrations n’a guère de sens” : interview de Stephen Smith par David Doucet pour Les Inrockuptibles, le 18/09/2018.

L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes: par François Héran pour l'Institut national d'études démographiques, en septembre 2018. 

Migrations africaines, le défi de demain: par Maryline Baumard et Arnaud Leparmentier pour Le Monde, le 16/01/2017.

Liens : 

Le développement économique en Afrique, les migrations au service de la transformation structurelle : rapport annuel de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement du continent africain, version 2018.

39 min
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration