L’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret propose une formation en 7 ans pour devenir imam professionnel. Ici, une jeune femme étudie le Coran en févier 2015.
L’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret propose une formation en 7 ans pour devenir imam professionnel. Ici, une jeune femme étudie le Coran en févier 2015. ©AFP - PHILIPPE DESMAZES
L’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret propose une formation en 7 ans pour devenir imam professionnel. Ici, une jeune femme étudie le Coran en févier 2015. ©AFP - PHILIPPE DESMAZES
L’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret propose une formation en 7 ans pour devenir imam professionnel. Ici, une jeune femme étudie le Coran en févier 2015. ©AFP - PHILIPPE DESMAZES
Publicité

Une tribune collective a ravivé le débat à propos d’une supposée violence inscrite dans le Coran. Si certains appellent notamment à supprimer des passages jugés antisémites, d’autres suggèrent une lecture critique et une meilleure éducation des jeunes. Faut-il une nouvelle exégèse coranique ?

Avec

"L’antisémitisme musulman est la plus grande menace qui pèse sur l’islam du XXIe siècle…En conséquence, nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques" Voilà ce que l’on pouvait lire –notamment- dans une tribune publiée fin avril dans le Parisien-Aujourd’hui en France, signée par quelques 200 personnalités du monde culturel, intellectuel et politique, et intitulée "Manifeste contre le nouvel antisémitisme"

Quelques jours plus tard, dans Le Monde, une trentaine d’imams répondent, indirectement, à ce manifeste : en reconnaissant l’existence de lectures dévoyées du Coran, "générant une anarchie religieuse, gangrenant toute la société", mais aussi en appelant "les intellectuels et les politiques à faire preuve de plus de discernement" dans leur critique de l’Islam, critique porteuse, selon eux, de nombreux "clichés".

Publicité

Ce débat pose à la fois la question du contenu du texte initial, de ses interprétations au fil du temps, de la domination de certaines d’entre elles aujourd’hui qui encouragent le recours à la violence, et de la méthode à adopter pour en produire de nouvelles, plus en phase avec leur époque.

"L’interprétation du Coran est-elle datée ?"

Extraits :

Mohamed Bajrafil : "Il faut se réapproprier les textes et accepter de diverger."

Omero Marongiu-Perria : "Le manque d’historicité et de recul critique pose problème."

Les tribunes :

En partenariat avec La Croix :

-

" Comment interpréter le Coran pour aujourd’hui ?" : La Croix , le 30/05/2018

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Prune Saez-Contreras
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration