Le ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil italien Matteo Salvini sur le plateau TV ‘Porta a porta’ le 20 juin 2018. L’Italie avait refusé d’accueillir l’Aquarius le 10 juin dernier. ©AFP - Andreas SOLARO
Le ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil italien Matteo Salvini sur le plateau TV ‘Porta a porta’ le 20 juin 2018. L’Italie avait refusé d’accueillir l’Aquarius le 10 juin dernier. ©AFP - Andreas SOLARO
Le ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil italien Matteo Salvini sur le plateau TV ‘Porta a porta’ le 20 juin 2018. L’Italie avait refusé d’accueillir l’Aquarius le 10 juin dernier. ©AFP - Andreas SOLARO
Publicité
Résumé

Le parcours chaotique de l'Aquarius des côtes italiennes à l'Espagne a montré l'extrême nervosité qui s'est emparée des classes politiques européennes sur les questions migratoires. La politisation de ces enjeux peut-elle déstabiliser durablement les pays européens ?

avec :

Anastasia Colosimo (politologue et enseignante en théologie politique à Sciences Po Paris), Sylvain Bourmeau (Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture), Matthieu Tardis (chercheur au Centre Migrations et sociétés de l’Institut français des relations internationales (Ifri)).

En savoir plus

A 160 voix pour et 18 contre, le parlement hongrois a voté avant-hier une loi qui pénalise l’aide aux migrants.

Toute personne portant assistance à une autre entrée illégalement dans le pays encourt désormais une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison.

Publicité

Dans le même élan, les parlementaires hongrois ont modifié leur Constitution.

Elle stipule désormais qu’aucune instance ne peut porter atteinte à ‘’la composition de la population’’ : une façon de rendre inconstitutionnelle toute imposition de quotas de migrants par l’Union européenne.

Mais l’Union européenne en est-elle encore à envisager ce genre de solution ?

Les divisions et les tensions sont tellement fortes aujourd’hui sur cette question migratoire qu’on ne voit pas très bien ce qui pourrait être décidé en commun.

Il y aura bien un mini-sommet dimanche sur le sujet, avant le sommet de Bruxelles en fin de semaine prochaine, mais comme l’a reconnu Angela Merkel aujourd’hui : "Nous savons qu'il n'y aura pas de solution au niveau des 28 Etats membres pour un paquet d'ensemble sur les questions migratoires"

La crise provoquée par ce dossier est d’autant plus inquiétante qu’elle ne menace pas seulement les institutions européennes et le projet qui les porte.

Elle fragilise aussi chacun des Etats membres, confrontés à des surenchères politiques internes. 

Et le phénomène ne se limite d’ailleurs pas à la seule Europe : il suffit de voir ce qui se passe en ce moment aux Etats-Unis.

"Crise migratoire, crises politiques ?"

39 min
40 min

Et suivez-nous aussi sur Twitter : @Grain_a_moudre

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
Antoine Tricot
Production déléguée
Virginie Le Duault
Collaboration
Prune Saez-Contreras
Collaboration
Véronique Vila
Réalisation
Fanny Richez
Collaboration