Le CLUB. La diplomatie Macron : changement de style ou changement de fond ?

Discours d’Emmanuel Macron à la jeunesse africaine devant 800 étudiants de l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017
Discours d’Emmanuel Macron à la jeunesse africaine devant 800 étudiants de l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017 ©Reuters - PHILIPPE WOJAZER
Discours d’Emmanuel Macron à la jeunesse africaine devant 800 étudiants de l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017 ©Reuters - PHILIPPE WOJAZER
Discours d’Emmanuel Macron à la jeunesse africaine devant 800 étudiants de l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017 ©Reuters - PHILIPPE WOJAZER
Publicité

Une tournée africaine marquée par un discours ambitieux à Ouagadougou, et de nombreux jalons posés face à Trump, Poutine, et en Europe : la diplomatie Macron se distingue-t-elle de celle de ses prédécesseurs ou s’inscrit-elle dans la tradition gaullo-mitterrandienne de la Cinquième République ?

Avec
  • Thomas Gomart Historien des relations internationales, directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI).
  • Brice Couturier Journaliste, producteur jusqu'en juin 2021 de la chronique "Le Tour du monde des idées" sur France Culture
  • Sylvain Bourmeau Journaliste, professeur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du journal AOC et producteur de l'émission "La Suite dans les idées" sur France Culture

Cela fait partie des passages obligés pour tout président français désormais : promettre la fin de la Françafrique. Nicolas Sarkozy s’y était engagé, tout comme son successeur François Hollande. Emmanuel Macron n’a pas dérogé à la règle lors de sa tournée africaine qui l’a conduit du Burkina Faso jusqu’au Ghana, en passant par la Cote d’Ivoire. Mais il en a sans doute accentué le trait.

’Je ne suis pas venu vous dire quelle est la politique africaine de la France comme d’aucuns le prétendent’’ a expliqué le président français aux étudiants à Ouagadougou, ‘’parce qu’il n’y a plus de politique africaine de la France !’’. Une déclaration forte pour un discours important, parasité par ce que l’on pourrait appeler le ‘’Climgate’’ : une blague à l’égard du président burkinabais, considéré par certains comme particulièrement condescendante.

Publicité

C’est un peu le problème d’Emmanuel Macron : sa conception décontractée de la diplomatie, qui masque parfois le fond. De sa première rencontre avec Donald Trump par exemple, on aura surtout retenu le concours de poignée de mains. Pourtant, du fond il y en a : il suffit de relire le discours sur l’Europe prononcé à Athènes début septembre pour s’en persuader. Du changement aussi semble-t-il. ‘’Avec Emmanuel Macron’’ note Thomas Gomart le directeur de l’IFRI, ‘’la notion d’intérêt est clairement assumée, sans négliger celle des valeurs’’.

‘’La diplomatie Macron : changement de style ou changement de fond ?

L'équipe